Olivier Véran recadré par Emmanuel Macron : « des fuites malveillantes »

·1 min de lecture

Des tensions entre Olivier Véran et Emmanuel Macron ? D'après les informations publiées par le Figaro ce jeudi 18 mars, le ministre de la Santé aurait été recadré par le président de la République. Mécontent de la dégradation de la situation dans les hôpitaux, qui font face du mieux qu'ils le peuvent à la crise sanitaire, le journal rapportait un coup de gueule qui a eu lieu lors du Conseil de défense sanitaire. "C'était cinglant. Car clairement, le boulot n'a pas été fait", a même expliqué un membre de l'exécutif.

Dans un premier temps, l'entourage d'Olivier Véran a démenti un tel recadrage. De son côté, un membre du Conseil de défense a confié à Bastien Augey, journaliste au service politique de TF1, que tout cela n'étaient que "des fuites malveillantes de certains ministres." Enfin, un autre point de ce papier du Figaro a été corrigé par l'entourage du compagnon de Coralie Dubost, non, il n'a pas demandé un confinement strict avec la fermeture des établissements scolaires. "Il a toujours été un défenseur de l'école ouverte", assure-t-on à notre confrère.

Ce jeudi 18 mars, Olivier Véran et le Premier ministre Jean Castex prendront la parole à 19h afin d'annoncer les nouvelles mesures restrictives pour empêcher une fois encore la circulation du coronavirus. Les chaînes d'information évoquent la mise en place d'un confinement dans certains départements, mais pour l'heure rien n'a fuité. Un confinement la semaine ? Un confinement le week-end ? Pour combien de temps ? Réponses dans (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Harry repentant ? Il demande "régulièrement" à Elizabeth II des nouvelles du prince Philip
Anémone oubliée des César 2021 ? Son fils déçu par le Splendid
Emmanuel Macron hésitant ? « On ne peut pas demander aux gens de poser un couvercle sur la marmite le week-end »
Pas touche à Kate ! Le prince William irrité par les propos de Meghan Markle
Macron et Le Pen "avaient décidé de s'étriper" : Nathalie Saint-Cricq revient sur le débat de 2017