Olivier Véran, un "punching ball" pour "beaucoup de monde"

·1 min de lecture

Après une année 2020 marquée par le virus, 2021 démarre avec ses variants. Face à cette crise sanitaire sans précédent, Olivier Véran a été la cible d'accusations de toutes parts qui lui ont reproché pêle-mêle la pénurie de masques, la mauvaise gestion des tests ou encore le démarrage jugé "trop lent" de la campagne vaccinale. Ce samedi 23 janvier, un portrait de Libération lui est consacré, dans lequel sont évoquées les critiques dont l'ancien député de l'Isère a fait l'objet, de l'opposition mais aussi de son propre camp. "Véran est le punching-ball expiatoire de beaucoup de monde, a rapporté un "copain" député auprès de nos confrères. Il absorbe les revirements de l’opinion mais aussi de l’Élysée. Sur les vaccins, c’est spectaculaire. D’abord, il fallait qu’il aille lentement et puis, finalement, qu’il aille vite." Le neurologue de profession, dont les journées sont occupées à "90%" par la pandémie, aurait en réalité "peu de pouvoir sur la logistique".

Les sources citées par Libération ne sont pas tendres avec le Grenoblois de 40 ans, qui s'est récemment rendu en visite officielle dans le CHU de Grenoble où il a travaillé par le passé. Selon ce proche du chef de l'État, il n'aurait pas "su anticiper les craintes de l'opinion", ni "communiquer de manière adéquate". Pour autant, le compagnon de la députée (LREM) de l'Hérault Coralie Dubost n'est pas "en sursis" à son poste, même si ses détracteurs sont convaincus que ses jours au ministère de la Santé sont comptés. "Olivier Véran (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Caroline de Monaco effondrée après la mort de Stefano Casiraghi : où s’est-elle réfugiée ?
Larry King : le journaliste star de la télé américaine est mort
Märtha Louise de Norvège : cette scène télévisée surréaliste avec son petit ami Shaman Durek
VIDEO – La boîte à secrets : les larmes de Marianne James émeuvent la toile
"D'une jalousie folle" : Baptiste Giabiconi pas épargné par l'autre protégé de Karl Lagerfeld, Sébastien Jondeau