Olivier Véran a un point commun avec Emmanuel Macron très utile en pleine crise

C'est une passation historique qui s'est tenue le 16 février dernier. En pleine crise du coronavirus, Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, quittait son poste pour remplacer au pied levé Benjamin Griveaux dans la course à la mairie de Paris. Olivier Véran, ex-praticien au CHU de Grenoble, faisait alors une entrée remarquée au ministère de la Santé. Depuis, entre rendez-vous à l'Élysée et interventions télévisées, le neurologue ne compte plus ses heures. Fort heureusement pour lui, et tout comme Emmanuel Macron, le ministre n'a jamais été un gros dormeur.

En effet, comme il le révèle au Monde, le ministre ne dort que "quatre heures par nuit". "Il n’y a pas de week-end, même pas de petite pause, tout va très vite. L’adrénaline est très forte et le sens du devoir, plus fort que tout le reste. Je ne ressens pas les stigmates de la fatigue", assure-t-il. L'expérience acquise lors de ses longues nuits de garde à l'hôpital, tout comme la gestion des AVC en neurologie vasculaire, "où il faut prendre des décisions rapides et les assumer", lui sont "utiles" pour garder son sang froid face à cette crise, le sommeil, moins, juge le ministre.

Macron la nuit

Dans un dossier de L’Express publié en 2017 et intitulé Macron la nuit, le quotidien détaillait le sommeil également entrecoupé du chef d'État. SMS à deux heures du matin, réunions interminables, même lorsqu’il était ministre de l’Économie, le temps était un bien précieux pour Emmanuel Macron. "Il lui arrivait de sortir de l’Assemblée

Retrouvez cet article sur GALA

Didier Raoult et Agnès Buzyn : les raisons de leur mésentente dévoilées
Le prince Charles positif au coronavirus : Camilla pas infectée, mais sa santé fragile préoccupe
Kate Middleton a lâché du lest sur l'éducation de ses enfants : ses nouveaux préceptes
Le prince Charles positif au coronavirus : ce coup de fil à William et Harry pour les prévenir
Olivier Véran et sa compagne Coralie Dubost : ces retrouvailles après un confinement forcé