Olivier Véran pointé du doigt pour son "côté kéké"

La réussite suscite l'admiration, mais également la jalousie. Il n'est en effet pas simple de faire l'unanimité lorsqu'on gravit les échelons comme Olivier Véran. Ministre de la Santé en remplacement d'Agnès Buzyn depuis février dernier, ce neurologue de profession a rapidement gagné la confiance d'Emmanuel Macron. En l'espace de quelques mois, il est devenu "une vraie révélation" pour le couple exécutif. A peine en poste, celui qui se rêvait ministre depuis des années a dû gérer une crise sanitaire sans précédent...

Malgré les difficultés auxquelles il fait face depuis plus de trois mois, Olivier Véran n'a rien lâché. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye tenait d'ailleurs à saluer son professionnalisme, en mars dernier, dans les colonnes de Gala : "Il tient bien la barre, ses présentations en conseil des ministres sont extrêmement précises. Il ne cherche pas à attirer spécialement la lumière et passe volontiers le ballon à Jérôme Salomon le directeur général de la santé."

Depuis qu'il est en première ligne, le ministre de la Santé, bien qu'apprécié, en agace certains. "Depuis qu'il est ministre, quand il vient à l'Assemblée, il fait le kéké. Sur le banc, il se tourne vers les uns, vers les autres, fait des clins d’œil, répond les mains dans les poches. Il a une attitude hâbleuse", a confié Aurélien Pradié, député LR du Lot, dans les colonnes de L'Opinion. Un comportement qui, selon ce député, n'est pas sans rappeler celui de Christophe Castaner à ses débuts...

Olivier

Retrouvez cet article sur GALA

Rachida Dati critiquée pour son absentéisme par le camp Hidalgo
Le prince Andrew acculé : ce documentaire explosif qui n'arrange pas son cas
Sophie de Wessex : pourquoi sa fille Lady Louise sera privée de titre royal
Les propos d'Agnès Buzyn "pas gênants" : Gérald Darmanin jette un pavé dans la mare
Dan Simkovitch (Les Filles d'à côté) "a eu une enfance plutôt malheureuse" : ces déchirantes révélations