Olivier Véran met l'accent sur les tests et l'aide alimentaire

AFP
Olivier Véran, le ministre de la Santé, ne s'est plus déplacé officiellement depuis un mois. 

CORONAVIRUS - Le ministre de la Santé Olivier Véran visite ce samedi 25 avril au matin à Saint-Denis un laboratoire de tests qui a adapté son activité à l’épidémie de coronavirus. Puis il se rendra à la Maison de la solidarité, cruciale pour la distribution d’aide alimentaire, a annoncé son entourage.

Il s’agit du premier déplacement d’Olivier Véran depuis un mois, alors que le gouvernement prépare le plan de déconfinement qui doit être dévoilé la semaine prochaine.

À Saint-Denis, commune pauvre à la lisière de Paris, Olivier Véran est attendu à partir de 10h dans un laboratoire qui réalise des tests PCR, c’est à dire des tests virologiques permettant de dire qu’un malade est infecté ou non. L’entreprise a dû réorganiser son plateau technique pour répondre aux besoins de l’épidémie. L’objectif du gouvernement est de pouvoir réaliser 500.000 tests par semaine d’ici le déconfinement le 11 mai.

39 millions pour les foyers modestes

Selon Olivier Véran, la France en réalise “40.000 à 50.000 par jour” en ce moment. “On va être environ à 300.000 tests à la fin de la semaine, cela veut dire qu’on est monté en puissance”, a-t-il assuré vendredi matin sur France inter.

L’enjeu réside aussi dans la généralisation prochaine de tests sérologiques, en attente d’homologation. Ces tests sanguins permettent de savoir si une personne a été infectée par le virus, qu’elle ait présenté des symptômes ou non, et le niveau d’anticorps développé offrant une potentielle immunité.

Olivier Véran sera ensuite accompagné de la secrétaire d’État aux Solidarités Christelle Dubos pour visiter la maison de la solidarité, où ils se feront présenter le stock de denrées alimentaires et échangeront avec des associations (Emmaüs, Croix Rouge...).

Le gouvernement avait débloqué jeudi une enveloppe de 39 millions d’euros pour l’aide alimentaire des foyers les plus modestes. En Seine-Saint-Denis, un des départements français les plus pauvres, l’aide d’urgence alimentaire représentera 2,6 millions d’euros et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post