Olivier Véran exclut confinement et couvre-feu contre la 5e vague

·3 min de lecture

SANTÉ - C’est ainsi qu’Olivier Véran a débuté son intervention ce jeudi 25 novembre à l’occasion d’une conférence de presse spéciale sur la situation sanitaire: “Je ne vais vous annoncer ni confinement, ni couvre-feu, ni fermeture anticipée des commerces, ni limitations des déplacements”. Une formule rhétorique habile, pour faire passer le reste des annonces.

Depuis le ministère de la Santé, accompagné du directeur de la Santé, Jérôme Salomon, Olivier Véran n’a en effet pas annoncé ces mesures de restrictions à proprement parler, car c’eut été au président de la République de le faire. Le 9 novembre, le chef de l’État avait été vivement critiqué pour une allocution d’une demi-heure surtout consacrée à son bilan politique et à son potentiel programme.

Seule mesure de santé publique annoncée alors: le conditionnement du pass sanitaire à la troisième dose de rappel pour les plus de 65 ans, à partir du 15 décembre. Une annonce qu’aurait pu faire Jean Castex ou Olivier Véran.

Et pour preuve, en laissant son ministre de la Santé annoncer ce jeudi que le pass sanitaire serait conditionné à la dose de rappel pour l’ensemble de la population adulte, Emmanuel Macron confirme - sans le dire - que son allocution était plus une allocution de pré-campagne qu’une réelle nécessité sanitaire.

Sur le fond, le ministre de la Santé précise le calendrier amorcé par le chef de l’État avec les plus de 65 ans. “Dès samedi, les créneaux de vaccination seront ouverts à tous les adultes”, a annoncé Olivier Véran, alors que la plateforme en ligne Doctolib était déjà prise d’assaut.

Vaccins, pass sanitaires et gestes barrière

“Les règles liées au pass sanitaire vont évoluer”, a-t-il ajouté, en annonçant qu’à partir du 15 janvier 2022, il faudra justifier d’une dose de rappel sept mois maximum après la dernière injection pour avoir un pass sanitaire valide. “Il n’y a aucune fatalité face à ce Covid. Nous avons encore notre destin entre nos mains”, a-t-il martelé tout au long de cet échange avec la presse.

S’appuyant sur le triptyque “couverture vaccinale, gestes barrières et pass sanitaire”, pour lutter contre la cinquième vague sans “mesures restrictives” supplémentaires, le ministre de la Santé a insisté sur la différence entre la France et ses voisins européens qui en adoptent en ce moment même.

Le pic de cette 5e vague de l'épidémie pourrait être atteint début décembre.Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.

“Si nous agissons en liberté et en responsabilité, nous pouvons franchir cette vague sans mesure de contrainte supplémentaire”, a-t-il insisté, en appelant ceux qui ne sont pas encore vaccinés à le faire. Pour appuyer ce dispositif incitatif envers les non-vaccinés, le ministre de la Santé a annoncé que les tests antigéniques ou PCR ne seront désormais valides que 24h et plus 72h dans le cadre du pass sanitaire. Ils sont toujours payants, sauf exception lorsqu’ils sont prescrits par le médecin.

Un peu avant cette session de questions-réponses, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a prévenu: “le pic de l’épidémie pourrait être atteint début décembre”. “Ce Covid est cyclique, il y aura probablement des vagues dans le futur”, a complété Olivier Véran. Une nouvelle vague qui conduira encore l’exécutif a réajuster les mesures en fonction des hospitalisations, du taux d’incidence et de l’évolution de l’épidémie. Au risque de lasser les Français.

À voir également sur Le HuffPost: 3e dose pour tous, pass sanitaire, masque... la conférence de presse d’Olivier Véran le 25 novembre

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles