Olivier Véran déchaîné : cette phrase très ironique lancée aux députés dans une Assemblée électrique

·1 min de lecture

Olivier Véran a encore frappé. Habitué aux coups de gueule au sein de l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé a de nouveau fait passer un message musclé aux député mercredi 21 juillet, alors qu'était débattu le projet de loi visant à étendre le pass sanitaire et imposer la vaccination obligatoire aux soignants. Mais cette fois, pas de montée de ton pour l'homme politique, qui a opté pour une punchline acérée qui n'est pas passée inaperçue. "Il y a un virus. Si le virus pouvait nous regarder, il serait assez content et se servirait une petite bière", a-t-il ainsi lâché dans l'hémicycle.

Une phrase pour signifier que selon lui, la France a "besoin d'avoir des mesures de protection des Français et des établissements recevant du public". "Je le redis et je le martèlerai toute la soirée et toute la nuit", a ajouté Olivier Véran, qui s'est agacé des protestations des députés en concluant par un "manifestement, on a le temps" agacé. Un message passé davantage en douceur comparé à son coup de gueule en novembre dernier, durant lequel il avait admis avoir perdu son sang-froid. "Je vous dirais, comme on l'a appris plus jeune, que l'on n'a jamais raison de perdre son calme, avait-il expliqué. Même s'il peut y avoir des raisons de le perdre."

Olivier Véran en colère contre une aide-soignante

La veille de cette audience à l'Assemblée nationale, Olivier Véran s'était emporté contre une soignante en larmes, qui a expliqué qu'elle allait devoir (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Pass sanitaire dans le train : ces précisions cruciales de la SNCF pour ne pas ruiner vos vacances
Assassinat de JFK : quand le président américain Gerald Ford validait la thèse du complot à Valéry Giscard d'Estaing
Coronavirus : votre lieu de vacances est-il concerné par les mesures renforcées ?
Olivier Véran catégorique : cette fausse idée sur la vaccination qu'il met à mal
Assassinat de JFK : et si l'un des tireurs était Lucien Sarti, un bandit corse ?