Olivier Véran : ce conseil sur son look que lui a donné Edouard Philippe

·1 min de lecture

Ce lundi 8 février, c'est devant de nombreux photographes qu'Olivier Véran a reçu une première injection du vaccin AstraZeneca au centre hospitalier de Melun. En tant que médecin neurologue, le ministre de la Santé a ainsi pu se faire vacciner à l'instar de déjà plus de deux millions de Français. Le compagnon de Coralie Dubost a fait le buzz bien malgré lui puisqu'il a fait tomber la chemise, laissant entrevoir sa jolie silhouette parfaitement sculptée.

Pour se rendre au centre de vaccination, Olivier Véran aurait pu enfiler un t-shirt et un vêtement plus ample qu'une chemise cintrée, afin qu'il ne soit pas obligé de se dévêtir. Toutefois, celui qui a le soutien d'Emmanuel Macron suit scrupuleusement un conseil que lui a donné Edouard Philippe il y a plusieurs mois. D'après Le Point, l'ex-Premier ministre lui a expliqué : "Un ministre doit ressembler à un ministre. Tu te tiens, tout le temps. Regarde Castaner, il est très rigoureux sur ses dossiers, on l'a vu deux fois avec une chemise à fleurs, ça l'a tué." Depuis, Olivier Véran ferait attention à toujours avoir un look irréprochable.

Une question subsiste, pourquoi une chemise aussi cintrée ? D'après nos confrères, ce matin-là, Olivier Véran n'a pas trouvé de chemise propre dans son dressing, sauf cette chemise blanche "trop petite depuis qu'il prend des cours de boxe pour évacuer la pression". C'est donc avec une chemise pas à sa taille qu'il est parti se faire vacciner, sachant parfaitement qu'il allait devoir se dévêtir devant (...)

Lire la suite sur le site de GALA

La chanteuse Pomme harcelée moralement et sexuellement" de ses 15 à 17 ans : son témoignage glaçant
FLASHBACK - Alessandra Sublet : ces mots très durs d'un patron de chaîne qu'elle a encaissés
PHOTOS - Vive émotion de Béatrice Dalle aux obsèques du photographe Richard Aujard, son ami
Julien Clerc confiné avec ses beaux-parents : ces nouvelles habitudes qu'il a dû prendre
"Olivier Véran ne gère pas ses émotions", le coup de patte du Dr Martin Blachier