Olivier Véran, Agnès Buzyn, Edouard Philippe : de nouvelles plaintes contre le gouvernement

·1 min de lecture

Les membres du gouvernement, anciens ou actuels, mais qui ont pour point commun d'avoir affronté la pandémie de coronavirus, peuvent se retrouver devant la justice. Au lendemain du confinement, une trentaine de plaintes avait été déposée contre Olivier Véran et Agnès Buzyn, l'un après l'autre ministre de la Santé. Et Le Figaro avait listé, ensuite, "une dizaine contre le Premier ministre Édouard Philippe et la garde des Sceaux Nicole Belloubet, quelques-unes contre Christophe Castaner et Muriel Pénicaud". Le nom d’Emmanuel Macron y est systématiquement associé, mais il bénéficie de l’immunité présidentielle. Dans la foulée, tous les membres du gouvernement ont été entendus par la commission d'enquête du sénat.

En juillet dernier, une information judiciaire a été ouverte. Et depuis, les choses s'accélèrent. Des perquisitions ont eu lieu jeudi 15 octobre aux domiciles et dans les bureaux de plusieurs personnalités politiques. Olivier Véran, ministre de la Santé, a été notamment perquisitionné. C'est aussi le cas d'Agnès Buzyn, au même poste avant lui, d'Edouard Philippe, ainsi que de Sibeth Ndiaye. Selon 20 Minutes, les perquisitions ont permis de récupérer des SMS, des échanges de mails, ainsi que des notes.

Le temps passe, mais les choses ne se tassent pas. Toujours selon 20 Minutes, quatre nouvelles plaintes visant Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn ont été jugées recevables et jointes à l’information judiciaire ouverte en juillet par la Cour de justice de la République. (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Matt Pokora soulève une incohérence du gouvernement et pousse un coup de gueule
VIDEO Olivier Véran perd ses nerfs à l’Assemblée nationale et finit par hurler sur ses détracteurs
Gérald Darmanin : pourquoi peut-il transgresser le confinement ?
VIDEO Objectif Top Chef : la situation d'un père veuf émeut Philippe Etchebest et les internautes
VIDEO "Irresponsable" : Patrick Cohen recadre Eric Naulleau après ses propos contre les mesures sanitaires