Olivier Truchot déplore le "mépris" d'Emmanuel Macron pour "Les grandes gueules" de RMC

·1 min de lecture

Une absence remarquée. En ce dernier jour de la semaine, Olivier Truchot a ouvert son émission "Les grandes gueules" sur RMC Story et RMC avec une petite mise au point à l'adresse d'Emmanuel Macron, candidat pour un second mandat présidentiel. "Emmanuel Macron ne viendra donc pas sur RMC. Ni chez Apolline (de Malherbe, ndlr), ni chez nous dans 'Les grandes gueules'. Pour la première fois, un finaliste de la présidentielle a décidé de ne pas venir s'expliquer devant des millions d'auditeurs", a déploré le journaliste.

"Les auditeurs de RMC sont tout aussi respectables que ceux par exemple de France inter"

Un journaliste qui a remarqué l'appétence du président-candidat pour la matinale de France inter, matinale la plus écoutée de France, dans laquelle il s'est rendue par deux fois, le 4 avril dernier et ce vendredi, pour le dernier jour de la campagne présidentielle du second tour. "C'est, je trouve, faire preuve d'un certain mépris, en tout cas d'un oubli. Les auditeurs de RMC sont tout aussi respectables que ceux par exemple de France inter puisque Emmanuel Macron aura été deux fois dans la matinale de France inter. Encore ce matin", a regretté le visage de RMC.

Olivier Truchot a donc lancé un appel à Emmanuel Macron : "Espérons que si vous êtes réélu dimanche, vous ne tournerez plus le dos à une partie des auditeurs, c'est-à-dire à une partie des citoyens. Et on vous accueillera avec plaisir". Le co-présentateur des...

Lire la suite


À lire aussi

Raquel Garrido dénonce un "violent insoumis-bashing" des "Grandes Gueules" de RMC
"C'est honteux !" : Vif accrochage entre Daniel Riolo et Ian Brossat dans "Les Grandes Gueules"
Raquel Garrido attaque "Les Grandes Gueules" : "Vous êtes devenus odieux"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles