Olivier Faure tacle Macron dans une fausse partie de Monopoly

Dans une vidéo publiée sur Twitter samedi 31 décembre, Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, tacle la politique d’Emmanuel Macron.
Olivier Faure / Twitter Dans une vidéo publiée sur Twitter samedi 31 décembre, Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, tacle la politique d’Emmanuel Macron.

POLITIQUE - En 2023, Olivier Faure veut « changer les règles du jeu ». Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter samedi 31 décembre, peu avant l’allocution du Nouvel an d’Emmanuel Macron, le Premier secrétaire du Parti socialiste se met en scène dans une fausse partie de Monopoly pour tacler la politique du président de la République.

Une manière aussi de défendre les idées du PS dans un format différent des traditionnels vœux de bonne année formulés par les chefs de partis politique.

Dans la vidéo, que vous pouvez voir ci-dessous, Olivier Faure ne joue pas au Monopoly, mais au « Macronpoly ». Il y affronte un adversaire dont on ne voit pas le visage et qui est simplement vêtu d’un costume bien taillé. On devine toutefois rapidement qu’il s’agit d’une incarnation d’Emmanuel Macron, puisque chaque case visitée par ce joueur mystère correspond à une mesure ou ambition du chef de l’État. Et à chaque fois, celles-ci sont aussitôt contrées par les propositions du responsable socialiste.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Affaires judiciaires, McKinsey et 49.3

Ainsi, lorsque le président tombe sur la case « baisse de l’indemnisation chômage », Olivier Faure répond avec une « revalorisation du Smic à 1 500 euros ». De la même manière, lorsqu’Emmanuel Macron arrive sur « suppression de l’ISF », le socialiste met en avant « la lutte contre les violences faites aux femmes ».

En bref, un moyen de mettre en avant les propositions politiques du Parti socialiste, tout en s’attaquant à celles du président la République. Un chef de l’État à qui le Premier secrétaire va au passage reprocher le nombre d’affaires judiciaires embarrassantes qui ont touché son entourage. Alexandre Benalla, Eric Dupond-Moretti (dont le nom comporte d’ailleurs une faute d’orthographe), Alexis Kohler… tous sont cités par Olivier Faure lorsque le président arrive sur la case « République exemplaire ».

Après s’être fait bloquer par un 49.3 et avoir déchiré la carte « réforme des retraites », c’est finalement « l’union de la gauche et des écologistes » d’Olivier Faure, une référence à la Nupes, qui met fin à la partie et achève le président. Ce dernier subit un dernier tacle avant la fin de la vidéo : il reçoit un SMS de la Première ministre Élisabeth Borne lui signifiant son « rendez-vous McKinsey », une ultime référence au cabinet de conseil privé sollicité à outrance par Emmanuel Macron.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi