Olivier Faure revendique (encore) la victoire contre Nicolas Mayer-Rossignol

Parti socialiste : ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès (photo d’Olivier Faure prise le 18 septembre 2022)
JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP Parti socialiste : ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès (photo d’Olivier Faure prise le 18 septembre 2022)

GAUCHE - De la fumée blanche ? Non, plutôt une colère rouge. Deux jours après la fin du vote pour l’élection du premier secrétaire du Parti socialiste, le parti est toujours en pleine crise. Et ce n’est pas l’interview au JDD accordée par Olivier Faure ce samedi 21 janvier qui va calmer les choses.

À peine 15 minutes après un tweet du dirigeant sortant vantant cet entretien, son challenger Nicolas Mayer-Rossignol a dénoncé sur le réseau social « une sortie irresponsable ».

« Le résultat est clair et net. Le temps des votes est terminé », affirme Olivier Faure, qui revendique une fois encore la victoire. « Je suis reconnaissant aux socialistes de m’avoir confirmé dans la plus belle des fonctions, celle de conduire et d’animer le parti de la justice sociale et écologique », déclare celui qui est en poste depuis 2018.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Problème, cet adversaire ne reconnaît pas cette victoire. Surtout au moment où cet entretien a été publié (un peu avant 20h), la commission de récolement censée aplanir la situation et accorder les deux camps sur un résultat était toujours en cours. Depuis 13h ce samedi, des représentants des deux camps sont réunis à huis clos au siège du parti pour établir la liste des irrégularités et faire émerger un vainqueur. Ils étaient toujours au travail à 22h30.

« Aucune irrégularité n’est tolérable, mais certains fabriquent du doute et créent de la suspicion pour entacher le résultat », critique Olivier Faure qui se projette dans la suite du quinquennat et même dans la préparation des prochaines échéances électorales. « Nicolas Mayer-Rossignol sera associé aux orientations stratégiques, notamment pour les européennes, puisque c’est sur ce sujet qu’il a dès le début manifesté ses plus grandes inquiétudes », dit-il notamment.

« Alors que notre Parti offre un spectacle affligeant, alors que la Commission de récolement est en plein travail, cette sortie me paraît irresponsable », répond le maire de Rouen.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le vote des militants a eu lieu jeudi 19 janvier en fin de journée. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Olivier Faure a revendiqué la victoire avant que Nicolas Mayer-Rossignol ne dise être en tête. Dans la matinée de vendredi, un communiqué du PS avait proclamé la victoire d’Olivier Faure, avec 50,8%. Résultat aussitôt contesté par son rival, plongeant le parti dans une crise où chacun accuse l’autre de tricherie.

En théorie, le nouveau dirigeant doit être intronisé lors d’un Congrès qui aura lieu du 27 au 29 janvier à Marseille.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi