Olivier Faure, la renaissance du patron du PS à la sauce Nupes

Quatre ans après son arrivée à la tête du Parti socialiste, Olivier Faure est désormais chouchou des Insoumis, copain avec Mélenchon, et influenceur politique à succès. (Photo: via Associated Press)
Quatre ans après son arrivée à la tête du Parti socialiste, Olivier Faure est désormais chouchou des Insoumis, copain avec Mélenchon, et influenceur politique à succès. (Photo: via Associated Press)

Quatre ans après son arrivée à la tête du Parti socialiste, Olivier Faure est désormais chouchou des Insoumis, copain avec Mélenchon, et influenceur politique à succès. (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - La rose reprend des couleurs. À gauche, Olivier Faure est en train de s’imposer comme l’un des hommes forts de la Nupes, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale. Il fallait le voir, lundi, à l’Assemblée nationale récolter les longues ovations de ses collègues, en défendant avec véhémence leur motion de censure. Le patron du Parti socialiste est sorti vainqueur à l’applaudimètre.

Un élan inattendu pour celui qui promettait la “renaissance” du PS moribond au moment de prendre la suite de Jean-Christophe Cambadèlis en 2018. Quatre ans plus tard, le voilà désormais chouchou des Insoumis, copain avec Mélenchon, et influenceur politique à succès.

“À chaque fois qu’Olivier éternue, il y a 2000 personnes qui twittent ‘bravo’”, s’amuse un proche du premier secrétaire, cité par l’AFP, satisfait de voir les roses s’affirmer au sein de la Nupes. Une bonne passe, idéale pour le Parti socialiste, après le camouflet de sa candidate, Anne Hidalgo, à la présidentielle... et sans doute plus encore pour le principal intéressé, pas malheureux de prendre la lumière.

Pendant longtemps, je me suis restreint parce que je voulais être au point d’équilibre entre les différentes sensibilités.Olivier Faure, premier secrétaire du PS sur LCI

Le député de 53 ans, plutôt discret lors du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, reconnait lui même une forme de libération. “Pendant longtemps, je me suis restreint parce que je voulais être au point d’équilibre entre les différentes sensibilités”, a-t-il confié sur LCI, mardi 12 juillet dernier, au lendemain de son discours remarqué contre la Macronie. “Le moment est venu de dire les choses et d’affirmer ce que nous sommes.”

Force est de constater que son expression a effectivement changé. Son discours, offensif, lundi, au cours duquel il a intimé à la majorité de se “taire” sur fond d’alliance tacite avec le Rassemblement national en est un parfait exemple.

Changement de ton ou de fond?

“On le sent mieux, plus à l’aise dans ses pompes”, constate un bon connaisseur du PS, pour qui l’état d’esprit d’Olivier Faure version printemps n’a rien à voir avec celui de la version automne. “On va dire qu’il ne débordait pas d’enthousiasme”, se souvient celui qui a participé à la campagne -délicate- d’Anne Hidalgo, aux côtés du premier secrétaire, en maniant l’euphémisme, “là, il croît en ce qu’il fait.”

Olivier Faure copie les attitudes de la France insoumise.Stéphane Le Foll, maire (PS) du Mans anti-NUPES

D’où lui vient alors ce nouveau souffle? Certains de ses détracteurs à gauche lui reprochent un changement de ligne politique opportuniste. D’autres, parfois les mêmes, une allégeance à la France insoumise. Pour Stéphane Le Foll, le maire du Mans, Olivier Faure “copie les attitudes de la France insoumise” après s’être “aligné” sur son programme. “Il a été pris d’une colère il n’y a pas très longtemps et s’est mis à parler extrêmement fort pour une fois”, a ainsi ironisé l’ancien ministre de François Hollande, résolument anti-Nupes, mercredi sur Europe 1, en référence à l’envolée du chef des roses à l’Assemblée.

Rien de tout cela pour l’intéressé qui ne cesse de se défendre de toute inféodation à la formation mélenchoniste. “Je ne vois pas la différence avec la ligne sociale-démocrate que vous décrivez et ce que je dis aujourd’hui (...) je suis clairement à gauche, je le dis, je n’ai pas de complexe à entretenir”, a-t-il répondu à la journaliste Élisabeth Martichoux qui lui demandait s’il avait radicalisé ses positions.

Adoubé par les Insoumis

Lui parle plutôt de l’enthousiasme que soulève l’Union des gauches. “Des gens me klaxonnent dans la rue pour me dire merci. C’est sacrément nouveau!”, expliquait-il, rayonnant, au HuffPostdès l’entre-deux-tours des élections législatives, convaincu d’avoir opté pour la meilleure des stratégies en topant avec Jean-Luc Mélenchon et les autres partis de gauche.

Et pour l’instant, ça marche. Les voix dissidentes au PS se tarissent ou peinent à exister et la Nupes est conquise. Les Insoumis en tête. Antoine Léaument, le député essonnien, membre de la nouvelle génération LFI au Palais Bourbon n’hésite pas à saluer ses prises de position en citant Robespierre... Qui imaginait cela il y a quelques mois entre la jeune garde insoumise et le chef socialiste?

Pour le député (LFI) du Nord, David Guiraud, le secrétaire national du PS “a réussi cet exploit de mettre derrière lui l’époque où on le renvoyait sans cesse au bilan de Hollande.” Les applaudissements de ses collègues à l’Assemblée le confirment, l’enthousiasme de la communauté insoumise sur les réseaux sociaux, aussi. “Il est bon Olivier Faure”, salue encore le nouvel élu dans les colonnes du Parisien.

"Quand on n'arrive pas à trancher entre ses enfants, il est toujours plus facile de choisir son neveu.Un proche d'Olivier Faure

Une forme de suite logique. Les députés mélenchonistes adoubent le socialiste, dans le sillage de leur chef de file. Le troisième homme de la présidentielle a rapidement affiché sa proximité avec Olivier Faure une fois les tractations unionistes conclues, après s’être “profondément ignorés” pendant des années, selon les mots du tribun de 70 ans au HuffPost fin juin.

Une “bromance” inattendue... et le signe d’un passage de témoin entre les deux hommes? Si la succession de Jean-Luc Mélenchon à la tête de la toute jeune -et fragile- Nupes n’est pas encore une question, une chose est sure, le patron des socialistes prend de l’épaisseur au sein de l’alliance. “Quand on n’arrive pas à trancher entre ses enfants, il est toujours plus facile de choisir son neveu”, ne peut s’empêcher de glisser un de ses proches quand on l’interroge sur les liens entre les deux hommes.

Le député, qui remet son poste de premier secrétaire en jeu à la fin de l’année, a de la suite dans les idées. Il n’oublie pas de faire la promotion du Parti socialiste entre ses ”éternuements” sur Twitter. Une pêche aux adhérents pour profiter de ce nouvel élan. Quant aux ambitions personnelles, certains se chargent d’en avoir pour lui, avec plus ou moins de sérieux. Le même réseau social a vu fleurir son premier visuel “Faure 2027”, façon “Obama 2012″. Une plaisanterie, pour l’instant.

À voir également sur Le HuffPost: Faure avait tellement de choses à dire à l’Assemblée qu’il s’est fait couper le micro

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles