Olivier Duhamel accusé d'inceste: Sciences Po condamne "fermement" toute "violence sexuelle"

Esther Paolini
·1 min de lecture
Le politologue Olivier Duhamel, à Paris le 19 mai 2016 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
Le politologue Olivier Duhamel, à Paris le 19 mai 2016 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Une condamnation ferme. Au lendemain des révélations du Monde et de L'Obs sur des accusations d'inceste à l'encontre d'Olivier Duhamel, Sciences Po a réagi par un communiqué ce mardi en condamnant "fermement toute forme de violence sexiste et sexuelle". Son directeur, Frédéric Mion s'est dit "sous le choc" à la lecture de ces articles.

Le consentement, une "valeur cardinale" de l'institution

"C’est avec stupeur que nous avons pris connaissance, par des articles de presse, des faits très graves reprochés à l’ancien président de la Fondation nationale des sciences politiques, Olivier Duhamel", écrit l'école, avant de poursuivre:

"Dans ces circonstances, nous tenons à condamner fermement toute forme de violence sexiste et sexuelle. Le respect absolu de la personne, de sa dignité, de son intégrité morale et physique, de son consentement est une valeur cardinale de notre institution. C'est un principe fondamental avec lequel nous ne transigeons jamais."

Numéro d'écoute

Accusé d'inceste sur un des ses beaux-fils dans un livre à paraître jeudi, le politologue Olivier Duhamel a annoncé lundi mettre fin à l'ensemble de ses fonctions, dont celle de président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui a la responsabilité des grandes orientations stratégiques et de la gestion administrative et financière de Sciences Po.

Dans son communiqué, l'école rappelle à ses élèves l'existence d'un numéro d'écoute contre les violences sexistes et sexuelles (le 01.45.49.54.00 ou par mail infos.violences@sciencespo.fr) chargé de recueillir la parole des victimes et de proposer "un accompagnement respectueux de leur démarche et de leurs souhaits".

Article original publié sur BFMTV.com