Avec Olivier Dubois, journaliste otage au Mali

·1 min de lecture
Pour Olivier Dubois, aux mains de djihadistes dans le Sahel, un rassemblement est organisé autant à Paris qu'à Bamako ce 8 juin en appel à sa libération. 
Pour Olivier Dubois, aux mains de djihadistes dans le Sahel, un rassemblement est organisé autant à Paris qu'à Bamako ce 8 juin en appel à sa libération.

À l'initiative de Reporters sans frontières, du comité de soutien #FreeOlivierDubois, de France Médias Monde (Radio France Internationale, France 24, Monte Carlo Doualiya), des rédactions de Radio France, d'ex-otages tels que Florence Aubenas (Irak) et Didier François (Syrie), de l'Union des Clubs de la presse de France et des pays francophones, de SOS Otages et, bien sûr, des médias avec lesquels Olivier Dubois collabore (Le Point, Libération et Jeune Afrique), un rassemblement est donc prévu à Paris, place de la République, ce mardi 8 juin à 11 h 30. Au même moment, à Bamako, à la Maison de la presse est prévue une manifestation similaire.

À LIRE AUSSIOlivier Dubois, otage au Mali

À LIRE AUSSILe chérif de Nioro : « Donnons-leur un minimum de temps pour mener à bien la transition »

Il s'agit, au-delà de l'appel à la libération d'Olivier Dubois, de marquer une vive solidarité à l'endroit de sa famille, de ses amis et de tous ceux qui, de près ou de loin, ont été sensibles à son travail et se sentent concernés par son sort aujourd'hui. La date n'a pas été choisie au hasard. Cela va faire exactement deux mois que notre confrère est aux mains de djihadistes, dont Olivier Dubois, dans la vidéo de la vingtaine de secondes diffusée sur les réseaux sociaux dans la nuit du 4 mai, dit qu'ils sont du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Jnim, selon l'acronyme arabe de l'organisation, qui a prêté allégeance à Al-Qaïda). Sans confirmer que les ravisseurs du jour [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles