Oliver Stone : "Je suis toujours en colère"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il n’a rien perdu de son bagou légendaire. Plus en forme que jamais, Oliver Stone est au Festival du Cinéma Américain de Deauville pour faire la promotion de JFK Revisited, un documentaire qui prend la suite de JFK (1991), son film qui avait suscité la polémique à l’époque de sa sortie par sa théorie du complot à l’origine de l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963. Cette fois, profitant de la déclassification de certains dossiers, le metteur en scène a effectué un travail de recherches colossal, allant à la rencontre de témoins clés encore vivants, compilant les images d’archives autrefois top-secrètes pour donner un second coup de pied dans la fourmilière et démanteler "les mensonges d’Etat".

Il accuse la CIA d’avoir commandité l’exécution de JFK

Le résultat est redoutablement efficace, à la hauteur de son argumentation lors de sa rencontre avec le public. "J’ai 75 ans et je suis toujours en colère", déclare-t-il en préambule. Il persiste et signe, accusant directement la CIA, les services secrets américains, d’avoir commandité l’exécution de JFK. "Ils ne m’ont pas encore jeté en prison ni tué, martèle-t-il. JFK a été liquidé car il était idéaliste, il voulait rapatrier les troupes du Vietnam. Il faut arrêter d’être hypnotisé par les Etats-Unis. Ils se débarrassent des nuisibles et les médias ferment les yeux. Heureusement, il reste internet."

Lire aussi - Festival du cinéma américain de Deauville : demandez le programme!

JFK Revisited,...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles