Oksana Shalygina révèle la face cachée de Piotr Pavlenski

·2 min de lecture

Dans un livre choc, son ex-compagne dépeint l’homme qui a fait tomber Benjamin Griveaux comme un pervers manipulateur et sadomaso.

Un an, l’impression d’une éternité, une histoire de fous. Souvenez-vous, le 12 février 2020, un Russe au visage glaçant, Piotr Pavlenski, surgissait avec une vidéo sidérante. L’intimité en gros plan de Benjamin Griveaux, alors en lice pour la mairie de Paris ; des images crues échangées avec une étudiante nommée Alexandra de Taddeo, c’était son « œuvre », clamait-il, contre « l’hypocrisie » du système. Stupéfaction nationale, retrait du candidat, un coup de maître vendu comme un « projet pornopolitique » de l’anarchiste de Saint-Pétersbourg autoproclamé artiste. Depuis, sa mise en examen l’a galvanisé, et Pavlenski s’est répandu sur les réseaux, dans les médias : énième livre sur sa démarche artistique, un autre en préparation, sans oublier de narguer la justice française. Il a refusé de se soumettre aux expertises psychologiques, pris des libertés avec son contrôle judiciaire : pointage aléatoire au gré de ses squats, clins d’œil clandestins à sa complice, Alexandra de Taddeo, qu’il a interdiction d’approcher et qui, fébrile, guette ses transgressions. « Quel scandale de séparer aussi longtemps un couple », s’indigne-t-elle, alors que son avocate vient de demander l’annulation de la procédure. Ses amis la disent « envoûtée » ; elle s’en amuse, rire suave : « Ah ! Piotr, il est tellement spécial… » La personnalité du Russe est au cœur de l’enquête menée depuis un an. « Rien, à ce stade, ne permet d’établir que Benjamin Griveaux a été piégé, même si les conditions de diffusion des vidéos restent obscures », résument ses conseils, Lorraine Gay et Richard Malka. Le candidat macronien aurait simplement été pris dans un incroyable concours de circonstances. Reste Pavlenski, sa violence, sa folie, ses mystères, ce don de(...)


Lire la suite sur Paris Match