Les oiseaux migrateurs menacés par l'éclairage public

Les oiseaux migrateurs, essentiels maillons de la biodiversité, sont confrontés à de nombreuses menaces lors de leurs voyages à travers la planète. Parmi elles, la pollution lumineuse, qui cause la mort de millions d'oiseaux tous les ans.

Réduire l'éclairage public inutile, éviter les projecteurs vers le ciel ou les lumières bleues qui attirent les oiseaux : voici quelques-unes des pistes étudiées pour limiter le nombre d'oiseaux morts chaque année, explique le docteur Jacques Trouvilliez, secrétaire général de l'Accord de l'ONU sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA)

« Les oiseaux migrateurs, en grande partie, voyagent la nuit pour des questions d’orientation par rapport au champ magnétique et aux étoiles, mais aussi par rapport au fait aussi qu’ils ont moins de chances d’être capturés par un prédateur », explique-t-il au micro de RFI.

À l’automne et au printemps, ce sont plusieurs dizaines de millions d’oiseaux migrateurs qui se déplacent en recherche de nourritures ou de climat favorable à leur reproduction. Sur environ 600 espèces d'oiseaux qui nichent en Europe et en Asie, près de la moitié migrent en automne pour gagner des régions plus favorables en quête de nourriture. Si la plupart restent sur leur continent d'origine, certaines espèces, notamment des oiseaux de mer, effectuent des milliers de kilomètres pour rejoindre leur destination finale. La sterne arctique est l'oiseau champion toute catégorie puisqu'il effectue selon les experts quatre fois la distance Terre-Lune au cours de sa vie.

À lire aussi : D'ici 2050, 80% des espèces d'oiseaux migrateurs menacées

Or « selon des études récentes, la pollution lumineuse augmente de 2 % par an sur le globe », poursuit le docteur Jacques Trouvilliez, évoquant les questions de sécurité liées à l'éclairage publique. « Mais aussi parfois on va éclairer des monuments, par exemple toute la nuit, même lorsque peu de gens passent et ça a un impact sur les oiseaux migrateurs », explique-t-il.

« Les oiseaux migrateurs vont être attirés par ces lumières et vont se mettre à tourner toute la nuit autour de la lumière et vont mourir épuisés. Ça peut aussi entraîner des collisions : les oiseaux vont confondre des vitres éclairées avec soit la surface de la mer, soit la surface d’eau douce, et vont percuter ces bâtiments. »

Selon le secrétaire général de l'Accord de l'ONU sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie, plusieurs milliers d’oiseaux entrent en collision dans certains bâtiments par nuit. Mais de plus en plus de villes dans le monde prennent des mesures pour atténuer l'éclairage des bâtiments pendant les périodes de migration, note l'AEWA qui travaille à l'élaboration de meilleures pratiques dans le cadre de la Convention sur les Espèces Migratrices (CMS).

Pour aller plus loin : le site de la Ligue de protection des oiseaux (LPO)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles