Oise : un homme condamné à 6 mois de prison après s'être masturbé en garde à vue

Un homme s'est masturbé dans sa cellule de garde à vue, au commissariat de Compiègne (Oise). (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Un individu interpellé après une agression à Compiègne a fini par se masturber dans sa cellule de garde à vue. L'homme a été condamné à six mois de prison pour ivresse au volant et pour des faits d'exhibition sexuelle.

Ce samedi 23 juillet, la police a procédé à l'interpellation de deux hommes au volant d'une voiture suite après l'agression d'un homme dans le centre-ville de Compeigne (Oise). Le conducteur alcoolisé et le passager en possession de cannabis, tous deux connus des services de police, ont été conduits au commissariat, rapporte Le Parisien.

À 19h43, un policier constate que l'un des deux hommes se masturbe dans sa cellule, placée sous vidéosurveillance, et lui demande de s'arrêter. Mais l'individu de 28 ans continue. "Ça te dérange ? Moi, non, ça me fait du bien", aurait-il déclaré, relate le quotidien régional. Après avoir terminé, le jeune homme s'est mis à faire un doigt d'honneur à la caméra.

"Je me suis touché, c’est vrai. Mais j’étais aux toilettes, c’est privé. Si j’avais su que c’était filmé, je ne l’aurais pas fait", s'est justifié le prévenu, ce lundi devant le tribunal de Compiègne.

"Pure provocation"

La substitute du procureur a estimé qu'il s'agissait d'une "pure provocation", soulignant le fait que le prévenu était bien conscient d'être filmé. "Et je vous rappelle que vous avez été hostile aux forces de l’ordre. Lors de votre défèrement au tribunal, vous avez détruit une de nos portes, ce qui vous vaudra dans un avenir proche une autre condamnation", a-t-elle ajouté.

Condamné à six mois de prison ferme avec incarcération immédiate pour son ivresse au volant et pour les faits d’exhibition sexuelle, le prévenu avait déjà 21 mentions à son casier judiciaire.

Son ami a quant à lui écopé d’une peine de 1 500 euros d’amende pour les violences commises lors de l'agression et devra effectuer un stage de sensibilisation aux dangers des stupéfiants.

VIDÉO - Lucile Bellan : "Les femmes qui se masturbent, c'est considéré comme tellement 'sale' qu'on en parle jamais"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles