Oise : 17 lycées fermés après la mobilisation massive des lycéens

Ivan Capecchi avec Vincent Gautronneau et Hervé Sénamaud

Plus de 1 000 jeunes ont manifesté, jeudi, dans le département. Plusieurs arrêtés préfectoraux ont été pris pour contenir la mobilisation, qui devrait se poursuivre ce vendredi.


Près de 1 000 lycéens réunis dans les rues de Beauvais, une centaine devant le lycée Condorcet à Méru et sensiblement le même nombre entre Saint-Maximin et Creil… Visiblement, la mobilisation nationale a fait tache d’huile dans le département, où de nombreux manifestants ont défilé, ce jeudi, aux cris de « Macron démission ! ». Le mouvement pourrait se poursuivre ce vendredi.

« Eviter la mise en danger des jeunes »

Face à l’ampleur de la mobilisation, la préfecture a décidé de fermer 17 des 35 lycées publics du département, ce vendredi. « Il s’agit d’éviter la mise en danger des jeunes mais aussi du public, précise Jacky Crépin, le directeur académique. Les élèves ont été prévenus, mais si certains se présentent, ils seront accueillis ».

Les 17 lycées fermés par la préfecture

Beauvais (Félix-Faure, Jeanne-Hachette, Paul-Langevin, François-Truffaut, Jean-Baptiste-Corot, Jacobins), Breuil-le-Vert, Chantilly (Rostand et la Forêt), Creil, Méru (Condorcet, Lavoisier), Montataire, Nogent, Noyon (Calvin, de Bovelles) et Saint-Maximin.

Par ailleurs, les animations prévues ce samedi à Beauvais, notamment celles liées au Téléthon, ont été annulées. Les services de l’Etat ont également pris un arrêté « réglementant la vente et l’utilisation de certains produits dans le département » jusqu’à dimanche. Carburant à emporter, artifices…

Quatorze personnes interpellées ce jeudi

Des décisions prises à la suite des incidents survenus en marge des manifestations, qui ont conduit à l’interpellation de 14 personnes. Dont deux à Beauvais, où un brigadier a été pris à partie et blessé à la main. Les policiers ont fait usage de bombes lacrymogènes, avant de subir des jets de bouteilles.


-

A Beauvais, la porte d’un restaurant a été vandalisée. LP/I.C.

La manifestation, qui s’est achevée vers midi, a provoqué une (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Oise : un policier suspecté d’avoir forcé un migrant à «lécher ses chaussures»
Ansauvillers : cambriolage à l’agence postale communale
Liancourt : leur âme s’apaise grâce à l’origami
Beauvais : donnez votre sang vendredi et samedi
Hauts-de-France : plus de 3 M€ encore disponibles pour rénover son logement