Pour vous offrir un 65 m² à Paris, il vous faut 1,5 an de revenus en apport

Errard, Guillaume
/ Mladen Mitrinovic/Shutterstock

INFOGRAPHIES - Acquérir un logement sans apport est de plus en plus compliqué. Les banques se montrent exigeantes. La preuve en graphiques.

Acheter un logement sans apport reste possible mais de plus en plus compliqué. La plupart des banques exigent des emprunteurs qu’ils financent les frais (notaire, garantie, dossier et/ou courtage) avec leur épargne personnelle. Avoir un apport important constitue un atout non négligeable pour décrocher un taux d’emprunt attractif. Ainsi, entre un dossier avec un apport de 20% et le même mais sans apport, la différence de taux avoisine 0,2 point et peut même grimper jusqu’à 0,55 point!

» LIRE AUSSI - Achat immobilier, nos 5 conseils pour vous constituer un apport personnel

En pratique, l’apport moyen pour devenir propriétaire s’élève à 10% du montant total de l’emprunt. «Certaines banques accordent encore des financements à 110% (la banque prend en charge les droits de mutation, NDLR) mais elles ne sont pas nombreuses: une ou deux par région et parfois uniquement pour les jeunes primo-accédants de moins de 40 ans», explique Sandrine Allonier de Vousfinancer.

Le courtier en crédits immobiliers a calculé, pour 15 villes en France, l’apport nécessaire pour acheter un studio, un deux-pièces et un trois-pièces (respectivement 27, 45 et 65 m² selon les surfaces moyennes calculées par Clameur), par ville. Sur la base d’un apport de 10%, il faut ainsi mettre sur la table plus de 65.000 euros pour s’offrir un 65 m² à Paris, soit l’équivalent d’un an et demi de revenus. À moins de pouvoir compter sur un prêt ou une donation de la part d’un de ses proches.

» LIRE AUSSI - Crédit immobilier: ils ont réussi à obtenir un taux inférieur à 1% sur 20 ans

Hors Paris, la fourchette d’apport varie, selon les villes, entre 4 (pour Saint-Étienne) et 12 mois (pour Bordeaux et Nice, deux des villes de province les plus chers de France). L’écart de 1 à 3 reste conséquent. Pour un tiers des villes, l’apport représente plus d’un an de revenus. Même (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Philippe Taboret: «Les taux d’intérêt peuvent encore baisser»
Crédit immobilier: emprunter depuis l’étranger, mode d’emploi 
Crédit immobilier: votre assurance peut vous coûter plus cher que le crédit