Officiellement libre, Julian Assange attendu en Australie

Julian Assange a affreté un jet privé pour rejoindre le territoire américain des îles Mariannes du Nord, dans le Pacifique.  - Credit:EyePress News/Shutterstock/SIPA /-
Julian Assange a affreté un jet privé pour rejoindre le territoire américain des îles Mariannes du Nord, dans le Pacifique. - Credit:EyePress News/Shutterstock/SIPA /-

Julian Assange n'est plus sous la menace de la justice américaine. Mercredi, sous les palmiers des îles Mariannes du Nord, un territoire américain du Pacifique, le fondateur de WikiLeaks a plaidé coupable de « complot pour obtenir et divulguer des informations relevant de la défense nationale ». Comme prévu par cet accord négocié avec le département de la Justice des États-Unis, il a été condamné à une peine correspondant aux cinq années qu'il a déjà purgées dans une prison au Royaume-Uni. Il est désormais en route vers son Australie natale, où il est attendu à 18 h 41 (10 h 41 à Paris).

Julian has arrived at the federal court house in Saipan.

I watch this and think how overloaded his senses must be, walking through the press scrum after years of sensory depravation and the four walls of his high security Belmarsh prison cell.

pic.twitter.com/BzgkpWPXdy

— Stella Assange #FreeAssangeNOW (@Stella_Assange) June 25, 2024

Assange a déboursé 500 000 dollars pour affréter un jet privé entre Londres et Saipan. Le département américain de la justice a expliqué que l'ancien informaticien refusait de venir plaider coupable sur le territoire continental des États-Unis et a donc opté pour ce territoire du Pacifique proche de l'Australie, sur lequel se trouve une cour fédérale. WikiLeaks a expliqué que son fondateur avait dû s'endetter pour ce périple et a lancé une collecte de fonds.

Un accord qui divise

En publiant en 2010 des secrets américains dérobés par l [...] Lire la suite