Offensive de la Turquie en Syrie: cette carte résume les quatre enjeux

Le HuffPost avec AFP

TURQUIE - Cinq jours après le début de l’offensive turque dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde soutenue par les Occidentaux, les Unités de protection du peuple (YPG), qui a entraîné la mort de plus de 150 personnes dont au moins une cinquantaine de civils, la situation ne cesse d’empirer dans la région.

Au niveau diplomatique, après Emmanuel Macron samedi, Angela Merkel a enjoint ce dimanche 13 octobre Recep Tayyip Erdogan de cesser au plus vite son offensive. Celle-ci risque de créer “une situation humanitaire insoutenable” et d’“aider” Daech ”à réémerger dans la région”, a appuyé dans la soirée le président français depuis l’Élysée, où il tient un conseil restreint de défense dans la soirée.

Ce week-end, l’Allemagne et la France ont aussi annoncé qu’elles suspendaient les ventes d’armes “susceptibles d’être utilisées” par Ankara dans le cadre de son opération militaire.

Pour y voir plus clair dans ce nouveau front ouvert en Syrie, un pays en guerre depuis 2011, la carte ci-dessous pointe bien les quatre grands enjeux actuels dans la région frontalière avec la Turquie. Chaque point est développé sous la carte.

• Ankara veut instaurer une “zone tampon”

Avec son offensive, la Turquie cherche à instaurer une “zone de sécurité” de 32 kilomètres de profondeur (la ligne pointillée sur la carte) pour séparer sa frontière des territoires aux mains du YPG, une milice kurde qualifiée de “terroriste” par Ankara.

À la faveur de la guerre complexe en Syrie déclenchée en 2011, la minorité kurde a instauré une autonomie de facto sur de vastes régions du nord et nord-est du pays, le long de la frontière turque. Ces secteurs sont sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance dominée par les YPG.

Par ailleurs, les Kurdes syriens ont annoncé ce dimanche soir avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l’armée syrienne près de la frontière turque.

“Afin de faire face à l’agression turque et empêcher qu’elle se poursuive, nous sommes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post