Offensive turque en Syrie : à qui profite vraiment le cessez-le-feu ?

franceinfo

Une trève avec les Kurdes, annoncée par le vice-président américain, depuis la capitale turque. Les Etats-Unis et la Turquie ont annoncé conjointement un cessez-le-feu de cinq jours dans le nord-est de la Syrie, jeudi 17 octobre. Cette décision intervient après plus d'une semaine d'offensive, qui a replongé le pays dans le chaos et provoqué un tollé international. Si la suspension temporaire de l'opération turque est censée avant tout épargner les populations, chaque partie y voit des intérêts diplomatiques.

Une victoire revendiquée par la Turquie

"La Turquie a mis les Etats-Unis à genoux" , indique le site turc pro-régime Yeni Akit. Sur Twitter, le mot-clé "TürkiyeKazandi" ("la Turquie a gagné" en turc), a été le plus partagé durant la nuit. Le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a quant à lui estimé que Washington s'est incliné face à Ankara.

D'apparence, tout prête en effet à croire que la Turquie sort renforcée de cet accord. S'il est effectivement appliqué, il permettra à la Turquie d'obtenir la "zone de sécurité" qu'elle réclame depuis des mois, sans avoir à s'enliser dans un conflit armé. Recep Tayyip Erdogan estime que cet espace, allant de l'Euphrate à la frontière irakienne, doit servir à installer une partie des quelque 3,6 millions de réfugiés syriens venus chercher l'asile en Turquie, et en même temps éloigner les forces kurdes (YPG), qu'il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi