"Odyssées blanches" célèbre les incroyables explorations françaises du 20e siècle en Arctique et Antarctique

·2 min de lecture

Le film de Stéphane Dugast "Odyssées blanches" est diffusé à 20h45 sur Ushuaia TV après avoir été présenté au Muséum national d'Histoire naturelle dans le cadre de la remise des "Trophées Victor", en l'honneur de l'explorateur Paul-Emile Victor.

"Odyssées blanches", de Stéphane Dugast, est diffusé mercredi 13 octobre 2021 20h45, sur Ushuaia TV. Rediffusé le 27/10 à 21h40 puis disponible en replay pour les abonnés de la chaîne pendant 60 jours après sa première diffusion du 13.

A parier, vous n’avez jamais vu pareilles images, sauf évidemment si vous êtes déjà un fan des pôles et expéditions polaires. Des engins à chenillettes tels de sombres mini-chars se fraient avec difficulté un chemin à travers des glaces hostiles, parfois poussés par des hommes que l’on imagine exténués. Mais tellement passionnés que le film "Odyssées blanches" et ses images d’archives en noir et blanc, alternant dans un montage serré avec des images actuelles en couleur et des dessins façon BD (quand le récit devient belle légende ou tragédie non filmée), crée un électrochoc. Surgit alors le souvenir de ces incroyables explorations françaises du XXe siècle, dans les univers dangereux que sont Arctique et Antarctique.

"J’ai horreur du froid"

Car c’est seulement aujourd’hui que commence à se construire une véritable histoire de ce passé d’il y a trois quarts de siècle. Après les héroïques personnages que furent Amundsen, Scott, Charcot… et avant la conquête de l’espace, qui fit tourner les yeux de l’humanité vers le ciel et la Lune. Aujourd’hui, les pôles font de nouveau rêver et nombre d’humains aspirent à les fouler. Mais s’ils reviennent dans l’actualité, c’est pour des raisons bien plus prosaïques. Parce que leur environnement, des glaces de l’Antarctique à la banquise et océan de l’Arctique, est menacé par le changement climatique. Parce que le sous-sol, au fond de l’océan ou dans la croûte sous la glace est (ou sera) convoité pour ses richesses…

En l’occurrence, pour de premières installations sur les glaces du Nord et du Sud, un homme aura compté au premier chef, dont les plus jeunes ne connaissent plus le nom : Paul-Emile Victor. Serait-ce parce que le fondateur des Expéditions Polaires Françaises (EPF) est systématiquement pron[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles