Octobre Rose: Cette survivante du cancer du sein va vous convaincre d'apprendre l'auto-palpation

·4 min de lecture

FEMMES - “Aujourd’hui je vais vous montrer comment vous auto-palper. C’est comme ça que j’ai trouvé mon cancer.” Sur TikTok, les vidéos de Cynthia n’incitent personne à danser ou à reproduire un challenge un peu loufoque. La jeune femme de 36 ans se sert en effet de la plateforme pour partager des informations au sujet du cancer du sein. Comment se palper, comment s’habiller avec un sein, comment en parler avec son rendez-vous galant? Sur son compte, Cynthia a décidé de parler du sujet sous toutes ses coutures.

Il y a encore cinq ans, Cynthia n’y connaissait absolument rien. Alors qu’elle se palpe comme très souvent sous sa douche, en ce mois d’août 2016, elle sent que quelque chose ne va pas. Trois jours après, elle se retrouve chez son gynécologue, puis passe une radio, et le verdict tombe.

Cynthia a 31 ans et est atteinte d’un cancer du sein. À partir de là, rien n’est simple. Son médecin lui demande de prendre rendez-vous dans un hôpital pour faire une IRM. “Je sors et je ne sais pas du tout où aller, je n’ai pas d’informations sur l’hôpital à choisir”, confie Cynthia au HuffPost LIFE, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, que nous publions à l’occasion du début d’Octobre Rose ce vendredi 1er octobre. En appelant des amis qui travaillent dans le milieu médical, elle finit par trouver l’équipe qui va la suivre durant ces cinq années.

@cynthia_ka

Je la reposte apparemment c’est pas dans les guidelines 🤭🤷🏾‍♀️ ##OctobreRose##sauvezdesvies##cancerdusein##autopalpationmammaire

♬ original sound - Cynthia_Ka

Un parcours semé d’embûches

Cynthia enchaîne une mastectomie, de la chimiothérapie et une reconstruction mammaire. Avant cette dernière étape, la jeune femme a vécu avec une prothèse. “Quand tu as 31 ans et qu’on te dit que tu as la possibilité d’avoir une prothèse, tu y vas. Si j’avais vraiment réfléchi et su comment ça se passait, je ne l’aurais pas mise”, se souvient-elle. “Au bout de 8 mois, la prothèse n’a pas tenu. Ma peau s’est ouverte, ma prothèse tombait”, poursuit-elle. Les médecins finissent par lui retirer et c’est un choc de se retrouver sans sein droit. Cynthia mettra plus de deux ans à se regarder nue dans le miroir.

Elle attendra d’avoir recours à la reconstruction par lambeau. Un jeune médecin l’épaule dans cette série d’opérations. Aujourd’hui elle attend la dernière qui concerne le mamelon. Cinq ans après son diagnostic, Cynthia est guérie. “J’ai eu mon rendez-vous des 5 ans il y a trois semaines, et je n’y croyais pas, parce qu’on a toujours cette épée de Damoclès qui ne partira jamais malheureusement. Le mois avant le check, c’est juste l’enfer. Du coup, quand le docteur m’a dit non tout va très bien, j’ai eu un souffle de paix dans mon corps, et même là je tremble encore”, détaille-t-elle.

Le cancer du sein raconté sur TikTok

C’est pour raconter tout ce qu’elle a appris que Cynthia a ouvert ce compte sur TikTok. “On nous dit, surtout pendant Octobre Rose, ‘palpez-vous, palpez-vous’, mais ensuite, que se passe-t-il? On est vraiment laissées à l’abandon”, constate-t-elle. Plutôt que de garder pour elle tout ce savoir, la jeune femme a dégainé son téléphone portable pour informer toute une communauté via des vidéos de quelques secondes. “Je ne fais que condenser en format très court ce qui existe sur le site de la Ligue contre le cancer. Mais la réalité, c’est que les gens ne lisent pas.” C’est pourquoi, pour Cynthia, le meilleur moyen d’intéresser les plus jeunes à ces problématiques est de passer par des moyens moins conventionnels, comme TikTok.

Et ça marche: des femmes, mais aussi des accompagnants de personnes malades se sont confiés à la “TikTokeuse”. Son compte réunit plus de 6000 personnes. En reconversion professionnelle, Cynthia se forme désormais à la naturopathie et a été diplômée en tant que professeur de yoga avec une spécialité. Elle pratique le yoga pour des personnes ayant souffert de traumatismes.

À voir également sur Le HuffPost: Après un burn-out, un cancer… voici comment cette femme a pratiqué “l’art du rebond”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles