Octobre rose : comment se passer de prothèse mammaire pour la reconstruction du sein ?

·1 min de lecture

Le cancer du sein entraîne-t-il directement une reconstruction mammaire via une prothèse ? C'est la thèse contre laquelle s'est dressé Oren Marco, mardi, dans Bienfait pour vous sur Europe 1. Le chirurgien plasticien explique qu'à l'heure actuelle, une reconstruction mammaire ne passe plus systématiquement par cette technique, avec désormais l'emploi de tissus qui appartiennent à la patiente. Un moyen d'éviter les problèmes trop souvent rencontrés avec une prothèse, défend le spécialiste au micro de Mélanie Gomez et Julia Vignali alors que le mois d'octobre correspond à une sensibilisation sur le cancer du sein.

"On parle beaucoup de prévention du cancer du sein en ce mois d'octobre. J'avais envie de parler des techniques de reconstruction mammaire parce qu'il n'y a pas assez de femmes qui se font reconstruire après un cancer du sein. Le cancer du sein touche quand même un peu plus d'une femme sur dix en France et toutes les femmes qui sont touchées ne se font pas reconstruire.

La prothèse était quelque chose qu'on était vraiment de manière quasi-systématique avant, mais on avait des problèmes quand il y avait des irradiations du sein. Auparavant, on pouvait avoir des seins qui se raidissaient avec des prothèses un peu douloureuses et on n'avait pas une symétrie très jolie avec le sein latéral qui n'était pas touché.

Des prélèvements ailleurs sur le corps

Maintenant, on utilise plutôt ce qu'on appelle des tissus autologues, c'est-à-dire qu'on va utiliser les propres tissus du ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles