«Ocean Viking», le navire de SOS Méditerranée, a sauvé 424 migrants en Méditerranée

·2 min de lecture

En Méditerranée, l’« Ocean Viking » a sauvé 424 migrants de jeudi à vendredi au large de la Libye. C’est la deuxième campagne de sauvetage depuis que le navire a repris la mer le 11 janvier après avoir passé 5 mois bloqués à quai en Italie pour des travaux.

Plus de 180 personnes qui tentaient de rejoindre l'Europe à bord de deux « embarcations en détresse » ont été secourues vendredi au large de la Libye par l'équipe de l'Ocean Viking, navire de secours en mer, a annoncé son affréteur, l'ONG SOS Méditerranée. Au total, plus de 400 rescapés sont désormais à bord de l'Ocean Viking. De très nombreux migrants avaient été également secourus, jeudi 4 février, lors de deux autres sauvetages.

Journées intenses pour les sauveteurs

À bord, Jérémie, marin-sauveteur, se dit « soulagé » d’avoir pu sauver toutes les personnes en détresse : « Après ces deux journées intenses de sauvetage dans les eaux internationales, nous avons à bord 424 personnes. [...] Pour la grande majorité, ce sont des gens qui fuient la Libye où ils ont souffert de violences abominables, de détentions arbitraires et de travail forcé. »

L'Ocean Viking a repris la mer mi-janvier depuis Marseille après avoir passé cinq mois bloqué à quai en Italie où les autorités lui ont imposé des travaux à bord. C'est actuellement le seul navire de secours d'une ONG dans la région.

Les candidats à l'exil venus de divers pays partent pour l'essentiel de Tunisie et de Libye pour rejoindre l'Europe via l'Italie, dont les côtes sont les plus proches. Au total, plus de 1 200 migrants ont péri en 2020 en Méditerranée dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les navires des ONG, tels l'Ocean Viking, sauvent des vies mais sont aussi accusés depuis plusieurs années de faire le jeu des passeurs. L'Union européenne s'est divisée sur la manière de gérer le problème depuis que la crise des migrants clandestins a débuté en 2015, lorsque plus d'un million d'entre eux sont arrivés sur les côtes européennes.

►À lire aussi : Frontex, l'agence de surveillance des frontières de l'UE, dans la tourmente