Ocean Viking: Éric Zemmour et Reconquête chargent la politique migratoire de Macron

Après que les 230 migrants à bord sont arrivés à Toulon, Éric Zemmour et Marion Maréchal ont fustigé le gouvernement et le président qui "se moquent de la survie du peuple français".

Le navire Ocean Viking transportant 230 migrants à son bord est arrivé au port militaire de Toulon ce vendredi matin. L'annonce par le gouvernement de cet accueil, présenté comme un "devoir d'humanité" mais "à titre exceptionnel", a vivement fait réagir l'extrême droite.

"C'est événement gravissime et historique", a dénoncé Éric Zemmour quelques heures après le débarquement.

Le président du parti Reconquête s'est rendu sur place, à Toulon, "pour dire non à l’accueil de l’Ocean Viking".

"Le gouvernement devrait les renvoyer chez eux"

"Nous avons passé une nouvelle étape: le gouvernement doit préserver son peuple d'une submersion migratoire et le président de la République ne le fait pas", a fustigé Éric Zemmour.

L'ancien candidat à la présidentielle a brocardé à la fois l'exécutif et les institutions européennes. "Ils veulent toujours plus de migrants et se moquent de la survie du peuple français. Je ne m'en moque pas", a-t-il lancé.

Qu'aurait-il fait à la place du gouvernement? Éric Zemmour a rétorqué: "Je lui aurais dit de rentrer chez lui. Il y a des relations entre les passeurs et les bateaux de SOS Méditerranée. Les passeurs savent quand les bateaux passent. Quand ils mettent ces pauvres migrants sur des petites barques c'est qu'ils savent que les bateaux comme celui de SOS Méditerranée vont les récupérer."

"Le gouvernement devrait les renvoyer chez eux", a-t-il encore plaidé.

"Il ne s'agit pas d'interdire de porter secours, il s'agit de ne pas autoriser que ces personnes accostent sur le territoire français", a affirmé Marion Maréchal, vice-présidente de Reconquête, présente également à Toulon.

Une distinction avec les réfugiés ukrainiens

Interrogé sur le droit de la mer, le fondateur de "Reconquête" a affirmé qu'il ne connaissait que "la loi suprême" qui est "celle de la préservation du peuple français". "Veut-on que la France reste la France ou devienne l'Afrique?", a-t-il ajouté.

"Que l'Afrique s'occupe des Africains", poursuit Éric Zemmour.

Selon lui, l'accueil des personnes venant d'Afrique se distingue de celui pour les réfugiés ukrainiens, arguant en ce jour du caractère "européen et chrétien" de ce dernier. "Tous sont égaux dans leur dignité d'Homme mais on a le droit d'être plus proche de certains que d'autres", a-t-il déclaré.

Sur BFMTV, le sénateur Reconquête Stpéhane Ravier a estimé qu'Emmanuel Macron est "le président de l'immigration massive et du grand remplacement". Et d'ajouter: "ce bateau est l'avant-garde du grand débarquement, la conséquence du grand remplacement". "Il était urgent de sauver ces clandestins de la noyade", a-t-il toutefois concédé. "Mais le bateau aurait dû mettre cap au nord, vers l'Afrique pour mettre en sûreté ces clandestins".

"On voit les priorités du gouvernement"

Pour soutenir ses propos, Éric Zemmour a également dressé un parallèle avec les difficultés de l'hôpital. "On n'arrive pas à trouver de la place à l'hôpital pour des enfants atteints de bronchiolite mais on trouve un centre de vacances somptueux pour des gens qui ne devraient pas être là. On voit les priorités du gouvernement", a-t-il fustigé.

"La France n'est plus en mesure d'assurer un service de santé digne de ce nom", a abondé dans le même sens Marion Maréchal estimant que le pays n'est "pas en mesure" d'accueillir plus de personnes.

"95% des OQTF ne sont pas exécutées. (...) Une immense majorité des déboutés du droit d'asile restent sur le territoire", a-t-elle affirmé. "La seule réponse à cette immigration clandestine, c'est d'éviter que ces migrants arrivent sur le territoire", a alors achevé Marion Maréchal.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ocean Viking: Le préfet du Var, Evence Richard, détaille la prise en charge des migrants