Ocean Viking à Toulon : «Emmanuel Macron va l'avoir son Lampedusa», fustige Marine Le Pen

C'est un bateau indésirable pour Marine Le Pen . L'Ocean Viking a accosté au port de Toulon vendredi 11 novembre avec à son bord plus de 200 migrants secourus en mer Méditerranée, après le refus de l'Italie de l'accueillir. Ce mercredi, il ne reste plus que deux migrants dans le centre d'hébergement mis en place par les autorités. Invitée exceptionnelle de Punchline, l'ex-finaliste de l'élection présidentielle pour le Rassemblement national affirme que "tout cela était prévisible".

>> Retrouvez Punchline en replay et en podcast ici 

"C'est la raison pour laquelle nous sommes depuis des années contre l'accueil de ces bateaux, affrétés par des ONG qui respectent une sorte de calendrier idéologique et qui sont clairement complices des passeurs", tonne la présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale au micro de Laurence Ferrari, évoquant la réclamation d'une "commission d'enquête au Parlement européen pour confirmer ce qui fait l'objet de rapports de Frontex, c'est-à-dire les relations entre les ONG et les passeurs".

Comparaison à l'affaire Leonarda et à Lampedusa

Marine Le Pen compare cette situation à l'affaire Leonarda, du nom d'une jeune fille issue de la communauté rom qui devait être expulsée avec sa famille vers le Kosovo en 2013, avant que le président de l'époque François Hollande n'intervienne. "La France est humiliée", poursuit la députée du Pas-de-Calais. "Alors que le ministre de l'Intérieur était venu montrer ses muscles, expliquant que tous ces gens ser...


Lire la suite sur Europe1