Occupation des théâtres : pourquoi les intermittents s’obstinent

·1 min de lecture
Les intermittents du spectacle occupent aussi le théâtre de l'Union à Limoges.
Les intermittents du spectacle occupent aussi le théâtre de l'Union à Limoges.

Les représentations de La Ménagerie de verre vont pouvoir reprendre mardi 25 mai au théâtre de l'Odéon. Les intermittents du spectacle qui occupaient le lieu depuis le 4 mars ont, en effet, décidé de l'évacuer dimanche matin, à l'aube. Ils n'en ont pas pour autant fini avec leur mouvement social puisqu'ils se sont immédiatement transportés au 104, dans le nord de Paris. Une quarantaine d'intermittents s'y sont installés le 23 mai. À l'heure où près de cent établissements culturels sont toujours occupés, Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT-spectacle, explique au Point pourquoi ils s'obstinent. Interview.

Le Point : Vous avez évacué l'Odéon hier après plus de deux mois et demi d'occupation. Pourquoi ?

Le secrétaire général de la CGT-spectacle Denis Gravouil dans le théâtre de l'Odéon occupé, à Paris, le 14 avril 2021.

© BERTRAND GUAY/ AFPDenis Gravouil : Ces derniers jours, le conflit avait changé de nature. Le mouvement national, dont le théâtre de l'Odéon était la vitrine, se transformait en querelle locale avec la direction de ce lieu. Cela parasitait le message que nous voulions porter. Nous avons donc pris l'initiative de quitter ce théâtre pour nous installer ailleurs.

Ne pensez-vous pas vous être aliéné beaucoup de soutiens en empêchant la reprise du spectacle d'Ivo van Hove au moment du déconfinement, le 19 mai ?

Nous ne l'avons jamais empêché. La preuve ? La générale s'est tenue sans aucun problème. C'est le directeur de l'Odéon qui a décid [...] Lire la suite