Blocage de Sciences Po par des propalestiniens : l'exécutif monte au créneau

« Inqualifiables et parfaitement intolérables » : le président de la République a dénoncé lors du Conseil des ministres de ce 13 mars des propos tenus lors du blocage de Sciences Po Paris par des étudiants pro-palestiniens. Le chef de l'Etat « a rappelé avec clarté et fermeté sa position: oui, les établissements universitaires sont autonomes, mais cette autonomie ne justifie en aucun cas le moindre début de séparatisme », a déclaré la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, selon des propos rapportés par l'AFP.

À lire aussi Blocage de Sciences Po par des propalestiniens : l'exécutif monte au créneau

La veille, un groupe d'étudiants propalestiniens avaient investi l'amphithéâtre Boutmy de Sciences Po Paris, empêchant la tenue d'un cours magistral, au nom du soutien à Gaza. Dans ce contexte, des étudiants de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) avaient été « pris à partie comme juifs et sionistes », selon le syndicat étudiant, et un des manifestants aurait déclaré : « Ne la laissez pas rentrer, c’est une sioniste ». La direction de Sciences Po avait elle rapporté qu'« un membre de la communauté étudiante [avait] été empêché d'accès à l'amphithéâtre ».

Ces incidents avaient soulevé l'indignation de ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau, qui s'est rendue à Sciences Po dans l'après-midi du 12 mars pour y rencontrer la direction. « Nos établissements sont des lieux d’études et de débats. Le droit doit y être strictem...


Lire la suite sur LeJDD