Un océan caché sous la surface de Mimas, la plus petite lune de Saturne ?

·2 min de lecture

La petite lune de Saturne pourrait abriter un océan sous sa surface gelée et criblée de cratères. Sa présence a été déduite des toutes dernières mesures de la sonde Cassini avant qu'elle ne soit détruite.

Quelques jours avant de finir sa mission en apothéose en fonçant dans l'atmosphère de Saturne, la sonde Cassini de la Nasa a mesuré une curieuse oscillation (une libration comme disent les astronomes) dans la rotation de Mimas, le plus petit et plus interne satellite de la planète aux anneaux. Elle pourrait signer la présence d'un océan caché sous sa surface dont la présence ne se laissa pas trahir par des indices de surface, comme c'est le cas sur d'autres mondes glacés.

La lune en forme d'étoile noire

Mimas est un corps de 398 kilomètres de diamètre et de faible densité ; un des hémisphères de ce satellite est marqué par un très large cratère appelé Herschel (en hommage à l'astronome qui l'a découvert) qui lui donne ce faux air d'étoile noire, la fameuse station de combat de la saga Star Wars. Au milieu de cette excavation, large de 130 km et profonde de 10 km, s'élève une montagne au moins aussi haute que le mont Everest ! Avec sa petite taille et sa surface constellée de cratères mais sans failles ni fractures, Mimas était vue par les astronomes comme une boule de glace gelée sans activité géologique, un astre mort. C'est d'ailleurs ce qu'essayait de prouver Alyssa Rhoden, du Southwest Research Institute (Etats-Unis), quand elle s'est rendue compte que la petite lune cachait un secret bien gardé.

Mimas ressemble à l'étoile noire. Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute.

Car les librations observées par Cassini indiquent que des processus géologiques ont lieu sous la surface de Mimas et ils pourraient être causés par la présence d'un océan. Pour le déterminer, Alyssa Rhoden, spécialiste des satellites gelés, a généré des modèles numériques afin de comprendre si Mimas pouvait effectivement emmagasiner assez de chaleur pour maintenir de l'eau à l'état liquide en son sein. Cette chaleur est générée par les forces de marée qui lient la petite lune et Saturne. Comme elle le révèle, dans un article publié dans la revue , des modèles cohérents collent avec l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles