Observatoire du lobbying : "Les données pour la transparence livrées par la HATVP ont des limites"

·1 min de lecture

Dans le but de rendre plus lisible la base de données de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en ce qui concerne les déclarations d'intérêts des lobbys, Fred Guillo, président de Smart Lobbying, vient de créer un Observatoire du lobbying.

La démarche n'est pas de l'ordre de la dénonciation. Ni de celle de l'absolution. Si Fred Guillo a décidé de mettre en place un Observatoire du lobbying, c'est davantage pour que les citoyens puissent avoir accès aux déclarations d'intérêt des lobbyistes, jusqu'ici mises à disposition (depuis 2017) dans une open data, accessible mais peu compréhensible, sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.Dans une première étude publiée ce jeudi 29 avril, l'Observatoire compile ainsi pour la première fois l'ensemble des données disponibles sur l'activité des lobbys en France. Une synthèse qui permet de dire que 6 709 lobbyistes ont déclaré une activité cette année, dépensant près de 200 millions d'euros. Sans surprise, les décideurs les plus visés par les lobbys sont les parlementaires, suivis du ministère de l'Économie et du Premier ministre. Les secteurs d'activité de l'environnement ainsi que de l'économie étant les plus actifs. Entretien avec Fred Guillo, président et co-fondateur de l'Observatoire du lobbying.Marianne : Qu’est ce qui vous a amené à créer cet observatoire ?Fred Guillo : Je me suis toujours dit qu’il y avait un problème à la fois dans l'image que renvoient les lobbys mais...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Les indiscrétions de "Marianne" : une "administration" à la place de l'Observatoire de la laïcité

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Laïcité : les pleureuses de l’Observatoire

Bianco-Cadène, fin d'un duo à l'Observatoire de la laïcité : merci pour ces moments

Marlène Schiappa évoque le remplacement de l'Observatoire de la laïcité