Aux obsèques d’Elizabeth II, l’émotion de Charles III lors du « God Save the King » qui a clôturé l’office

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

FUNÉRAILLES D’ELIZABETH II - Un hymne et des larmes. La cérémonie d’obsèques d’Elizabeth II s’est achevée, après une heure de cérémonie dans l’abbaye de Westminster ce lundi 19 septembre à 13 heures (heure française), par un hymne national durant lequel le nouveau monarque Charles III a laissé transparaître son émotion.

Âgé de 73 ans, Charles était présent au premier rang aux côtés du cercueil d’Elizabeth II, et a versé quelques larmes lors de God Save the King, version masculinisée de l’hymne depuis qu’il est automatiquement devenu roi au décès de sa mère, ce jeudi 8 septembre à 96 ans.

Un mot d’hommage

Le roi également déposé un mot sur le cercueil de sa mère, comme l’a souligné un journaliste britannique, sur laquelle il avait écrit : « In loving and devoted memory. Charles R. » (« Avec mon amour et mon dévouement, Charles R. » en français).

L’abbaye de Westminster a abrité les membres de la famille royale et quelque 2 000 invités pour des adieux en grande pompe à la souveraine, à la hauteur de sa popularité planétaire. Après une procession durant laquelle Charles III, ses frères et sœur Anne, Andrew et Edward, l’héritier du trône Willam, nouveau prince de Galles, et le prince Harry ont suivi le cercueil de la reine marchant au pas, la dépouille de la reine a pénétré dans la nef de l’édifice religieux.

Nouvelle procession

Parmi les invités vêtus de noir, le gratin des dirigeants mondiaux s’était déplacé, des président américain Joe Biden et français Emmanuel Macron à l’empereur du Japon Naruhito, pour ces premières funérailles d’État depuis celles de Winston Churchill à 1965.

Les têtes couronnées européennes dont le roi Philippe de Belgique, le roi d’Espagne Felipe VI et le prince Albert de Monaco ont aussi pris place sous les arches gothiques de l’abbaye si liée au destin d’Elizabeth II. C’est là qu’encore princesse elle avait épousé à 21 ans en novembre 1947 Philip Mountbatten, avant d’y être couronnée le 2 juin 1953.

Après une heure de cérémonie et deux minutes de silence, la dépouille de la monarque est repartie pour un dernier voyage. Le cercueil a à nouveau été placé sur un affût de canon de la Royal Navy pour une nouvelle procession historique dans les rues du centre de Londres, jusqu’à l’arc de Wellington, d’où il repartira en corbillard pour le château de Windsor, à 35 kilomètres à l’ouest de la capitale.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi