Obligation vaccinale : dans les Vosges, le départ d'un médecin réfractaire crée un désert médical

·1 min de lecture

Contraints de se faire vacciner, les personnels soignants sont désormais obligés de montrer patte blanche s'ils veulent exercer leur métier. A la campagne, où les médecins se font rares, les départs sont problématiques. Dans commune de Charmois-l'Orgueuilleux, une commune de 600 habitants des Vosges, le médecin généraliste refuse de se faire vacciner et a donc décidé de plier bagage. Ses patients se retrouvent donc sans médecin et sont très inquiets.

>> LIRE AUSSI - Covid : le transport des malades perturbé par la non-vaccination des ambulanciers

"J'ai le droit de choisir"

Après 37 ans d'exercice, le docteur Gauthier Bein a fermé son cabinet ce mercredi matin. L'obligation vaccinale à laquelle il est désormais soumis et qu'il refuse catégoriquement a accéléré son départ à la retraite. "Je suis un citoyen et j'ai aussi le droit de choisir si je veux me faire injecter ce produit ou pas", explique le médecin, qui se dit "inquiet" pour ses patients.

La solution ne serait-elle pas de se faire vacciner rapidement ? "Je ne pense pas que le bénéfice soit de me faire injecter le produit", retorque le généraliste.

>> LIRE AUSSIQuatre questions sur l'obligation vaccinale pour les soignants, en vigueur dès mercredi

Les patients inquiets

Après la fermeture du cabinet du docteur Bein, ce sont ses 1000 patients qui sont inquiets. Ils vivent désormais dans un désert médical. "On va se retrouver sans médecin. Le problème, c'est que quand on appelle les autres médecins à dix, quin...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles