"On est obligé de faire comme ça, si on veut garder notre souplesse" : des clubs de sport poursuivent leurs cours en visio-conférence avant une possible réouverture pour les jeunes

franceinfo
·1 min de lecture

Les entraîneurs du Go élan gym ont appris du premier confinement. Exit la fiche d'exercice, envoyée par mail. Place à la séance en visio, au moins trois fois par semaine. C'est parti pour une heure de musculation, gainage, assouplissement, la base de la gymnastique artistique : "Valentine c'est parti, 20 secondes", lance l'entraîneur, David Benoist.

En attendant une éventuelle réouverture – en plus d'une enveloppe de 400 millions d'euros d'aides pour tout le secteur du sport, Emmanuel Macron a évoqué mardi 17 novembre la possibilité de reprendre la pratique du sport en club pour les mineurs au 1er décembre si la situation sanitaire le permet – les clubs de sport amateur font preuve de beaucoup d'imagination pour continuer à fonctionner. Exemple dans la banlieue sud de Toulouse, avec le Go élan gym Auzeville Castanet. Ce club de gymnastique artistique féminine, privé de gymnase, a opté pour les cours en visio-conférence.

"On lui a préparé un petit emplacement dans sa chambre, on a chamboulé les meubles."

Lauriane, la mère d'une gymnaste

à franceinfo

Depuis deux ans, David Benoist coache six filles, âgés de 8 à 9 ans. Pour le directeur technique, il n'était pas question de lâcher une deuxième fois : "Là, l'objectif, c'était avant tout qu'elles soient contentes de revenir, qu'on recrée (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi