Des objets nazis retirés d'une vente aux enchères à Blois

Source AFP
·1 min de lecture
Une vente aux enchères d'objets nazis prévue vendredi 8 à Albi et une autre prévue ce samedi à Soissons (Aisne) ont également été annulées (photo d'illustration).
Une vente aux enchères d'objets nazis prévue vendredi 8 à Albi et une autre prévue ce samedi à Soissons (Aisne) ont également été annulées (photo d'illustration).

Une dizaine de casques de la Waffen-SS, de nombreux ceinturons à tête de mort, des médailles et fanions avec des croix gammées ou encore un drapeau de la Milice? Ces objets emblématiques du IIIe Reich devaient initialement faire partie d'une vente aux enchères à Blois le 16 janvier prochain. Il n'en sera rien. « Nous avons retiré ces objets de la vente, même si la loi nous y autorise », a indiqué à l'Agence France-Presse l'étude blésoise Pousse-Cornet, précisant que les insignes à l'effigie du régime nazi avaient été masqués sur le catalogue de vente, conformément à la loi.

C'est un lanceur d'alerte, qui se fait appeler Axel et traque toutes les ventes aux enchères d'objets nazis, qui a repéré et dénoncé cette vente d'objets nazis. Captures d'écran à l'appui, Axel reproche pourtant à l'étude blésoise de ne pas avoir masqué tous les insignes, rappelant qu'on « peut détenir et vendre ces objets, mais pas les exhiber ». « Il y a eu trois ventes de ce type la semaine dernière », souligne ce juriste, qui juge cela « intolérable », citant une veste d'Adolf Hitler partie à 275 000 euros il y a quelques années en Allemagne ou d'une boîte de Zyklon B.

D'autres ventes annulées

« Il y a une poussée de la vente de ce type d'objets néfastes et une forte demande de prétendus collectionneurs, qui ont plus des troubles du comportement qu'autre chose, et se portent acquéreurs à des prix défiant toute concurrence », ajoute le lanceur d'alerte. Interrogé par l'Agence France-Pre [...] Lire la suite