Restitution au Bénin : « Ces œuvres ont encore une valeur mémorielle très forte »

·1 min de lecture
On n'a pas fini de mesurer la portée symbolique voire religieuse du retour des 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey au Bénin. 
On n'a pas fini de mesurer la portée symbolique voire religieuse du retour des 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey au Bénin.

Alors que les chefs d'État Patrice Talon et Emmanuel Macron ont signé l?acte de restitution mardi 9 novembre, c?est ce mercredi que 26 trésors royaux d?Abomey retournent officiellement sur leur terre natale. Un événement qu?attendent les Béninois depuis plus d?un siècle, et parmi eux figurent des spécialistes des religions endogènes, en particulier ceux qu?on appelle les Bokonon, les gardiens du patrimoine vodoun. Au Bénin, berceau africain de ce culte des esprits et des ancêtres, personne ne néglige les rituels séculaires. D?autant plus que figurent parmi les ?uvres des pièces qui avaient avant tout une valeur sacrée et spirituelle, aujourd?hui méconnus des populations. Longtemps érigées en ?uvres d?art, admirées pour leur aspect esthétique, comment ces ?uvres vont-elles retrouver toute leur place ? Quelles sont les attentes sur place ? Éléments de réponse avec Flavien Brice Alihonou, Bokonon d?une quarantaine d?années, donc pratiquant du culte vodoun. Invité tout jeune à entrer dans l?univers vodoun, féru d?histoire, de lectures, Flavien Brice Alihonou est convaincu que ce moment historique était écrit. C?est dans une ambiance qui balance entre mysticisme et histoire qu?il s?est confié au Point Afrique, dans son couvent du quartier Sainte Rita de Cotonou.

Le Point Afrique : Quel est votre sentiment alors que la France a restitué au Bénin les 26 trésors royaux d?Abomey ?

Flavien Brice Alihonou : En tant que Béninois, j?éprouve un sentiment de satisfaction [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles