Les objets "nous en disent souvent plus sur l'expérience vécue de la guerre que les simples mots", selon Bruno Cabanes