L'obésité, en lien avec des règles abondantes ?

Johanna Amselem
·3 min de lecture
Obese woman weighing herself

Des chercheurs ont identifié une association entre l'augmentation de l'IMC et l'augmentation de la perte de sang menstruelle. Explications.

L’indice de masse corporelle peut-il impacter les règles ? Il semblerait bien que oui, selon les conclusions d’une étude publiée dans le Journal of Endocrinology. L'obésité est liée à des règles plus abondantes et peut causer un retard de réparation de la muqueuse utérine.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont constaté une association entre un poids corporel plus élevé et une plus grande perte de sang menstruel. Ce phénomène peut résulter d'une inflammation accrue de la muqueuse utérine, retardant ainsi sa réparation. Cette étude n'a pas examiné si la perte de poids ou les médicaments anti-inflammatoires pouvaient être utiles dans le traitement des femmes obèses ayant des règles abondantes.

Un régime normal ou riche en graisses

Dans cette étude, le Dr Jacqueline Maybin et ses collègues du Centre MRC pour la santé reproductive de l'Université d'Édimbourg ont examiné comment l'indice de masse corporelle (IMC) affecte la fonction utérine pendant les règles. Les chercheurs ont mesuré l'IMC et la perte de sang menstruel de 121 femmes, avec des cycles menstruels réguliers. Une association faible mais statistiquement significative entre l'augmentation de l'IMC et l'augmentation de la perte de sang menstruelle a été trouvée par les chercheurs. Cette enquête a été étendue à une étude sur la souris où d'autres éléments pouvaient être mesurés.

Les souris ont été nourries avec un régime normal ou un régime riche en graisses avant la simulation de la menstruation. Les souris suivant un régime riche en graisses avaient un poids corporel significativement plus élevé que celles suivant un régime normal. Après avoir perdu leur muqueuse utérine, les souris soumises à un régime riche en graisses ont présenté un retard de réparation de la muqueuse utérine restante par rapport aux souris suivant un régime alimentaire normal. Un examen plus approfondi du tissu utérin des souris a indiqué que les facteurs inflammatoires étaient également plus élevés chez les souris avec un poids corporel plus élevé.

D'autres études nécessaires

"Nos résultats suggèrent que les femmes obèses peuvent avoir des règles plus abondantes en raison d'une inflammation locale accrue et d'une réparation retardée de leur muqueuse utérine. Il serait vraiment intéressant d'enquêter sur les raisons pour approfondir notre compréhension de la fonction utérine en présence de l'obésité et mettre au point des traitements plus efficaces et fondés sur des données probantes", résume le Dr Maybin. 

Elle met en garde : "Bien qu'il soit difficile de faire des recommandations fortes basées sur cette seule étude, une approche de bon sens consisterait à offrir une aide à la perte de poids aux femmes ayant un IMC élevé et ayant des règles abondantes. Cependant, cela ne devrait pas remplacer la recherche d'un traitement des autres causes sous-jacentes des saignements abondants (comme des fibromes, des troubles de la coagulation, un cancer). Cela devrait faire partie des recommandations de traitement personnalisées à prendre en compte par les patients et les médecins". Des études supplémentaires plus importantes sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Ce contenu peut également vous intéresser :