"Obamagate": Trump et ses supporters se déchaînent sur un obscur complot

Paul Guyonnet
Sur Twitter, Donald Trump tente d'accréditer la thèse d'un complot ourdi par son prédécesseur à la tête des États-Unis: Barack Obama.

ÉTATS-UNIS - Des majuscules outrées, des points d’exclamation vindicatifs et un doigt (virtuel) accusateur. Depuis le dimanche 10 mai, le président des États-Unis Donald Trump a renoué avec son style si caractéristique sur Twitter, dans le cadre d’une opération de grande ampleur qu’il aurait pu baptiser: “Contre-feu”. 

Rien de bien nouveau pourtant dans cette affaire. Depuis que le procureur spécial Robert Mueller a commencé à enquêter sur de possibles liens entre Moscou et l’entourage de Donald Trump, le président américain ne cesse de clamer son innocence en s’estimant victime d’un complot. 

Depuis des mois, il accuse notamment son prédécesseur à la Maison Blanche, Barack Obama, de lui avoir savonné la planche. 

Selon Donald Trump et ses partisans, le premier président noir des États-Unis aurait ainsi passé ses dernières semaines en fonction à saboter les fondations de l’administration suivante. Pire, il aurait été le marionnettiste tirant les ficelles de toutes les enquêtes visant l’actuel locataire de la Maison Blanche. 

Trump à la recherche d’un écran de fumée

Voici donc le “pire crime politique de l’Histoire des États-Unis” dont parle Donald Trump. Et opportunément, c’est alors que les critiques contre la non-préparation du pays à l’arrivée de l’épidémie de covid-19 sont légion que le président actuel évoque à nouveau l’affaire. 

Barack Obama, justement, est sorti de sa réserve en fin de semaine dernière en estimant que la gestion de la pandémie due au nouveau coronavirus par son successeur était un “désastre chaotique absolu”. Traditionnellement, les présidents américains s’abstiennent de critiquer publiquement leur successeur.

Plus encore, la riposte entamée par le camp Trump est intervenue quelques jours après une annonce judiciaire importante aux États-Unis. Jeudi 7 mai, le ministère de la Justice a effectivement annoncé -à la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post