Où sont les villes les plus agréables du monde ?

Photo pdimaria / Pixabay / CC

L’Economist Intelligence Unit (EIU) est une filiale du magazine The Economist et vient de publier son index des villes de la planète ou l’on vit le mieux. À l’origine, ce classement était conçu pour permettre aux entreprises d’établir des primes d’expatriation pour leurs employés. Aujourd’hui, 172 villes des cinq continents y figurent et sont classées selon 30 critères regroupés en quatre thématiques : la stabilité sociopolitique ; l’accès aux soins de santé ; la culture et l’environnement ; l’éducation et les infrastructures. Pour la deuxième année de suite, l’EIU a intégré des facteurs liés au Covid-19, comme la durée de fermeture des établissements scolaires et des commerces ou encore les jauges.

Le Top 5 :
1- Vienne

2- Copenhague

3- Zurich

4- Calgary

5- Vancouver

Pour la troisième fois en cinq ans, la capitale autrichienne arrive en tête, souligne The Economist, qui ajoute que “cinq autres petites villes européennes figurent dans le top 10 grâce à l’assouplissement des restrictions liées au Covid-19”. Paris et Londres, qui figurent en général un peu plus loin à cause de problèmes de transport et de sécurité, ont également gagné quelques places pour la même raison. À noter également que “trois villes canadiennes se sont hissées parmi les dix premières, tandis que New York, Los Angeles et Washington se retrouvent à une meilleure place que l’an dernier”.

Le flop 5 :

172 - Damas

171 - Lagos

170 - Tripoli

169 - Alger

168 - Karachi

Évidemment, explique le magazine britannique, “pour que certaines villes montent dans le classement, d’autres doivent dégringoler. Toutes les villes de Chine ont chuté dans le classement, et les villes des pays insulaires avec de solides contrôles aux frontières qui avaient obtenu de bons résultats il y a un an souffrent maintenant”. Auckland, par exemple, a perdu 33 places à cause du pic de contaminations au variant omicron en 2021-2022. La guerre en Ukraine a également des conséquences : Kiev a disparu du classement, Moscou et Saint-Pétersbourg ont perdu 15 et 13 places et des villes comme Budapest et Varsovie ont également reculé. Selon The Economist, “si la guerre se poursuit tout au long de cette année, davantage de villes pourraient subir des perturbations en termes d’approvisionnement en nourriture et en carburant.” Certaines villes bien classées en 2022 pourraient donc être jugées plus difficiles à vivre en 2023.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles