Où s’installeront les premiers colons humains sur Mars ?

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Lorsque nos ancêtres cherchaient un endroit pour installer leurs campements et plus tard, leurs villages, ils choisissaient de préférence les abords d’une rivière. Il y a fort à parier que ceux qui coloniseront Mars adopteront une stratégie semblable. Car il n’est pas pensable d’acheminer sur la Planète rouge suffisamment d’eau pour satisfaire aux besoins des futurs colons. La ressource sera, sur Mars plus que nulle part ailleurs sur Terre, essentielle à leur survie.

C’est pourquoi les scientifiques et les ingénieurs de la Nasa travaillent depuis 2015 à identifier les gisements de glace d’eau qui pourraient être accessibles sous la surface de la Planète rouge. Et ils publient aujourd’hui — dans le cadre du projet Subsurface Water Ice Mapping (SWIM) — une carte détaillée des points d’eau souterrains de l’hémisphère nord de Mars. Une carte qui repose sur les données de Mars Odyssey, de Mars Reconnaissance Orbiter ou encore de Mars Global Surveyor.

Cette carte servira de base à un travail qui sera bientôt mené par une équipe d’experts de diverses disciplines chargée d’évaluer des sites potentiels pour l’atterrissage d’humains sur la Planète rouge. Aux informations sur la présence de glace d’eau, ces experts mêleront d’autres données scientifiques et d’ingénierie.

En 2012, Mars Reconnaissance Orbiter a immortalisé l’impact d’une météorite qui a creusé un cratère sur Mars et exposé de la glace d’eau jusqu’alors cachée sous la surface à 43,9° de latitude nord et 204,3° de longitude est. © Université de l’Arizona, JPL-Caltech, Nasa
En 2012, Mars Reconnaissance Orbiter a immortalisé l’impact d’une météorite qui a creusé un cratère sur Mars et exposé de la glace d’eau jusqu’alors cachée sous la surface à 43,9° de latitude nord et 204,3° de longitude est. © Université de l’Arizona, JPL-Caltech, Nasa

L’eau, un critère important, mais pas le seul

La préférence des futurs colons pourrait ainsi aller à la région de l’hémisphère nord située sous la région polaire de Mars. L’équivalent de l’Europe, sur Terre. Celle qui offrirait le meilleur compromis entre la proximité de la glace d’eau — présente du côté des pôles — et l’accès à la lumière et à la chaleur du Soleil — à l’équateur. D’autant que ces latitudes sont aussi...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura