Où en est la promesse d’Emmanuel Macron de renoncer à sa retraite de président ?

Emmanuel Macron n’a pas oublié sa promesse de mettre fin au régime spécial de retraite des présidents de la République à compter de 2022, qui avait été révélée dans Le Parisien peu avant Noël. C’est le message qu’a voulu faire passer le secrétaire d’Etat aux Retraites, Laurent Pietraszewski, lors de l’examen du projet de loi en commission spéciale à l'Assemblée nationale, mercredi 12 février. Accompagné du rapporteur de ce texte, le député LREM Guillaume Gouffier-Cha, ce dernier a réaffirmé que “les présidents de la République qui se succéderont (ndlr : après Emmanuel Macron) seront affiliés au régime universel à partir de 2022”. Ce changement va entraîner la fin du statut particulier des anciens chefs de l'Etat, qui avait été instauré par une loi du 3 avril 1955.

Pour l’instant, ils ne cotisent pas durant leur passage à l’Elysée, mais perçoivent néanmoins, à vie, une allocation mensuelle de 5.200 euros net environ, au terme de leur mandat. Les ex-locataires du Palais sont également membres - là aussi à vie - du Conseil constitutionnel. Avec une indemnité d’un peu plus de 13.300 euros net à la clef, si toutefois ils ne renoncent pas à siéger, comme l’ont fait Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Les modalités techniques enfin connues

Ce régime préférentiel est appelé à se “normaliser” avec l’intégration des chefs d’Etat au futur régime universel de retraites par points. Après la réforme, Emmanuel Macron et ses successeurs devront cotiser durant leur mandat — au cours duquel ils perçoivent une indemnité mensuelle brute de 15.200 euros — en vue d’abonder leur future retraite. Si le principe est entendu, les modalités techniques et juridiques de la fin du régime spécial d’Emmanuel Macron restaient à définir, à la suite de l’annonce du 22 décembre. On en sait un peu plus depuis quelque jours, et le député UDI Charles de Courson y est pour beaucoup. Constatant que la question de la retraite présidentielle était la grande absente du projet de loi présenté en commission spéciale,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Renault : l'Etat "très vigilant" sur le maintien de l'emploi en France, prévient Bruno Le Maire
La très grosse opération d'Eiffage qui remporte un contrat à 1 milliard en Allemagne
HSBC va supprimer 35.000 emplois après la chute de son bénéfice
Reconversion professionnelle : et si vous deveniez inspecteur du travail ?
Renault et PSA débutent très mal 2020