"Il n'y a pas de preuves que ça a commencé ici" : la thèse du virus échappé d'un laboratoire de virologie chinois ne convainc pas les experts de l'OMS

Dominique André
·1 min de lecture

"C'est difficile pour moi d’imaginer que quelque chose ait pu s'échapper d'ici. Le laboratoire est bien organisé, et parfaitement équipé." Vladimir Dedkov, épidémiologiste russe, est l’un des quinze enquêteurs de l’OMS envoyés en Chine pour identifier l'origine du coronavirus Covid-19. La délégation s'est rendue mercredi 3 février à l’institut de virologie de Wuhan, accusé d’avoir laissé s'échapper le virus. Une thèse rejetée par Pékin, mais à laquelle ne semblent pas croire non plus plusieurs des experts de l’OMS, qui viennent de s'exprimer dans la presse.

L'expert de l'institut de recherches de Saint-Petersbourg confie avoir été plutôt marqué par sa visite du marché de fruits de mer et d’animaux sauvages, qui "est loin d'être parfait sur le plan sanitaire", souligne le chercheur russe. La thèse de la fuite du laboratoire, qui après les déclarations de Donald Trump avait largement alimenté les théories complotistes sur internet, est écartée par le chef de la mission Peter Ben Embarek.

"Cela ferait d'excellents scénarios pour des films et des séries, mais la visite a été une étape importante pour comprendre d’où viennent ces histoires."

Peter Ben Embarek

à franceinfo

Même son de cloche sur CNN du zoologiste Peter Daszak : "Il n y a pas de preuves que cela commencé ici, affirme-t-il. Mais on a parlé du sujet avec des gens du laboratoire de manière très franche et informative." La mission devrait s'achever la semaine prochaine.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi