Il n'y aura pas de journée sans chasse, le gouvernement a finalement écarté l'idée

© David Niviere

Le gouvernement a finalement tranché : au grand dam de ses opposants, il n'y aura pas de journée sans chasse, mais un délit d'alcoolémie sera instauré et la formation des chasseurs sera renforcée. Pour un meilleur partage de la nature, une application numérique à destination des promeneurs sera également déployée à l'automne pour mieux informer le grand public sur les zones et les horaires de chasse.

Après des mois de débat, les décisions ont été présentées lundi par la secrétaire d’État à l’Écologie Bérangère Couillard lors d'un déplacement dans le Loiret, à l'issue d'une rencontre avec les agents de l'Office français de la biodiversité (OFB), qui délivre les permis en France et participe à la police de la chasse.

L'objectif: mieux sécuriser la pratique pour "tendre vers le zéro accident". Selon l'OFB, le nombre d'accidents de chasse a reculé depuis 20 ans. Lors de la saison 2021/2022, l'OFB a cependant recensé 90 accidents (blessures corporelles liées à l'utilisation d'une arme de chasse), contre 80 la saison précédente. Parmi eux, huit ont été mortels, dont deux avec des victimes non-chasseurs. Ce week-end encore, un chasseur de 84 ans qui rangeait son arme dans sa voiture s'est tué accidentellement en Haute-Corse.

Fin octobre, la secrétaire d’État avait évoqué l'idée d'une demi-journée sans chasse, instaurée au niveau local et pourquoi pas national. Mais cette piste, dont les fédérations de chasse ne voulaient pas entendre parler, a finalement été écartée.

"Sur ...


Lire la suite sur ParisMatch