“Je n'y suis pas allé peut-être par peur” : Nikos Aliagas parle sans tabou de son plus grand regret concernant sa carrière

ABACA

Si on connaît Nikos Aliagas pour les nombreuses émissions qu’il présente, il est également connu et reconnu en tant que photographe.

Chaque samedi dans son émission 50’ Inside sur TF1, il s’amuse à tirer le portrait, toujours en noir et blanc, des célébrités qu’il interview.

Avec plusieurs expositions à son actif, c’est tout naturellement qu’il a été choisi pour être le parrain du festival OFF, dédié à la photographie, à Perpignan. Il y expose son travail sur le thème de l’univers marin jusqu’au 10 septembre prochain.

Pour l’occasion, il a accepté d’évoquer cette passion au quotidien L’Indépendant. Une passion qu’il aurait pu transformer en carrière. "J'ai réfléchi et je me suis autocensuré, peut-être par erreur d’ailleurs", a-t-il confié. Passionné de photo-reportage, Nikos Aliagas doute énormément de sa légitimité, comme il l’explique : “Comment, toi, tu peux aller photographier des gens qui ont tout perdu, dont des membres de leurs familles se noient dans la mer, alors que la veille, tu étais sur un plateau et devant des téléspectateurs ?"

Si Nikos Aliagas est avant tout journaliste, ses doutes ont eu raison de lui et de sa carrière de photographe professionnel : “"Je n'y suis pas allé peut-être par peur, lâcheté, doute […] Avais-je encore la légitimité de capter la douleur du monde ?"

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi