«Nutri-Score obligera les industriels à revoir leurs recettes»

Libération.fr

Haro sur le gras, le sel et le sucre… Un code couleur va être instauré en avril pour lutter contre la malbouffe. La journaliste Isabelle Saporta revient sur trois ans de bataille avec les lobbys agroalimentaires.

Mieux vaut tard que jamais. Dans un entretien au Parisien mercredi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé l’instauration en avril d’un nouveau logo nutritionnel adoptant un code couleur selon la qualité des aliments. Cet étiquetage nutritionnel simplifié, prévu par la loi santé, est destiné à inciter les Français à acheter moins de produits riches en gras, en sel et en sucre. La vignette retenue, baptisée Nutri-Score, «va du vert à l’orange foncé en fonction de la qualité du produit», a expliqué Marisol Touraine.

Infatigable pourfendeuse de la malbouffe et des lobbys de l’industrie agroalimentaire, Isabelle Saporta, journaliste et documentariste, raconte dans son dernier livre, Du courage ! (Fayard, 2017), la longue bataille de ce code couleur.

Trois ans pour faire aboutir un étiquetage, c’est un peu long, non ?

C’est excessivement long ! Et quand on dit trois ans, ça en fait plutôt quinze que le Pr Serge Hercberg, patron du Programme national nutrition santé, bataille pour le mettre en place ! Mais il faut voir le travail de sape qu’a fait l’industrie agroalimentaire pour que ce projet ne voie jamais le jour. Faisant monter au créneau Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, pour flinguer ce code couleur pourtant soutenu par la ministre de la Santé. Réussissant à faire main basse via un organe de lobbying à eux, le Fonds français pour l’alimentation et la santé, sur l’expérimentation sur le terrain pour pouvoir la contrôler. Ejectant du comité de suivi de cette expérimentation certains scientifiques vertueux et en imposant d’autres liés à l’industrie… Ce qui est rassurant, c’est que malgré tous ces coups tordus, ils ont perdu la bataille. Enfin, restons vigilants, car ils essaient déjà de repartir à l’assaut de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Zèbre
Macron - les écolos : le clash
Grande-Synthe dans le flou
Etat d’urgence Une sortie «possible» selon le ministre de la Justice
Macron chez Merkel : les certitudes de Fillon vacillent

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages