«Nus», «attachés à leur lit»: un médecin alerte sur les conditions de détention de Palestiniens dans une prison israélienne

Depuis le début de la guerre à Gaza, ces images reviennent sans cesse : des Gazaouis arrêtés par l’armée israélienne, dénudés, les yeux bandés, agenouillés et les mains liées dans le dos. Accusés d’appartenance au Hamas, ils sont notamment emprisonnés à Sdé Teiman, une base de l’armée israélienne dans le désert. Un médecin israélien, un lanceur d’alerte qui y a travaillé, dénonce des traitements inhumains infligés aux détenus gazaouis.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Il est chirurgien israélien et témoigne anonymement. À la demande de l’armée israélienne, il se rend sur la base militaire israélienne de Sdé Teiman. Sa mission : opérer un détenu gazaoui blessé par balle. « Les patients n’ont pas de nom. Ils sont tous attachés à leur lit. Ils ne peuvent pas bouger. Ils ont les yeux bandés. Ils sont nus. Ils portent des couches. C’est une violation assumée de la Convention de Genève, et du code de déontologie de l’Organisation mondiale de la santé. C’est bien plus que de la torture physique et psychologique », relate-t-il.

S’il prend la parole, « c’est pour mettre fin à ce calvaire », dit-il. « Je souhaite que l’on ferme Sdé Teiman. Les détenus n’y sont pas traités comme des êtres humains ».

« Une politique de disparition forcée »


Lire la suite sur RFI